lundi 14 janvier 2019

Chronique : GRAND FINAL + INRED + BOOTCHY TEMPLE


GRAND FINAL
La mort, LP, CD, Digital
Autoproduction
Le duo guitare / batterie survivant des Dickybird revient avec un album qui vous tarte la gueule ! Vous ratatine les esgourdes et vous ruine le moral. Et on plus cous allez en redemander !
Loin des clichés du duo guitare macho et batterie tenu par la gonzesse ici c’est l’inverse, et Grand Final en remontre à toute la concurrence avec sa Noise rampante son Swamp Rock barbelé tirant vers un psychédélisme noire !
Sur des morceaux courts tout autant que sur les titres qui s’étirent en expérience tribal Noisy Rock Grand Final fait preuve de plus de personnalité que 95 % de la production actuelle !
En plus cet album va sortir en édition limité sous forme d’un coffret de quatre 45 tours illustré par le travail de deux photographes. Du bel ouvrage manifestement !
Tout comme la musique, avec ce son ample et sec, notamment dans les prises de batterie. Cependant la guitare n’est pas en reste, et par dessus tout ça la voix de Doris est un plus indéniable !
Comme l’alligator tapie dans l’onde Grand Final s’apprête à vous bouffer tout cru ! Bien que l’album finisse sur une touche de beauté & de douceur !
[BT]
INRED
Just about anything is possible, CD, Digital
Autoproduit
1er album pour ce quintet parisien qui ne rentre pas vraiment dans les cases ce qui le rend très intéressant ! Entre Rock, New Wave, Indie Pop, Post Punk et bricolage... très post post moderne, presque Art Rock.
Crée par l’ancien chanteur de Baroque Bordello, qui donne ici une nouvelle extension à son inspiration à côté des chemins rebattus.
Les chansons sont ouvragées et ambitieuses. Sans s'étirer elles se donnent le temps de s'immiscer en vous ! 'Arrangements' inattendus et tempos médium, belle voix lead et chœurs discrets ainsi que parfois une 2ème voix féminine... Sonorités bien vues et bienvenues. Du bel ouvrage artisanal fait avec le cœur !!!
[BT]
BOOTCHY TEMPLE
Glimpses, LP, CD, Digital
Howlin’ Banana Rds / Modulor
3ème album pour ce quintet landais qui est obsédé par le Twee Pop anglaise, et une certaine vision de l’Indie Rock américain ligne claire (Rem / Guadalcanal Diary / Beat Happenings).
L’ossature de leurs 13 chansons se fait autour d’une guitare acoustique ou d’harmonie à l’électrique mais avec un petit son presque aigrelet entre les Byrds, le Paisley Underground, la Jangle Pop et le côté plutôt anglais (C86 et Sarah Rds),
Outre que leurs Pop songs sont parfaitement ouvragées, composées idéalement, interprétées avec finesse et mise en son délicatement, les Bootchy Temple réussissent l’exploit d’allier le charme de l’antique et l’ultra modernité de l’Indie actuelle syncrétique.
Les claviers (orgues, piano, synthé vintages) sont utilisé de façon importante mais s’intègrent sans esbroufe, ni excès…
Je les découvre seulement maintenant mais j’ai plongé là-dedans avec bonheur ! Un album bien complet, maîtrisé et excitant !
[BT]

Aucun commentaire:

Publier un commentaire