lundi 10 décembre 2018

Chronique : SAINT SADRILL + SNACK FAMILY + HIJACKERS + LIMINANAS + CHEAP STAR


SAINT SADRILL
Pierrefilant, 2LP, CD, Digital
Dur et Doux / Inouie Distribution
Ah merde alors, d’où ils sortent eux ? De Lyon apparemment !
Putain ça calme et ça fait envie un disque comme celui-là !
Un peu Pop de chambre, mais version grandiloquente ! Spacieuse ! Ambitieuse ! Pompier (chez moi c’est un compliment) ! Une version homme seul de ce que produisait Arcade Fire (avant de faire sous eux et de se prendre pour Beyonce)…
Je trouve que pour un disque bricolé à la maison par un génie domestique, dans la grande tradition anglo saxonne du compositeur de Pop de chambre (mais revisité 2018) cet album est époustouflant !
L’enfermement au risque de la folie… sur le fil du rasoir mais sans jamais se couper ni tomber, en équilibre avec une musique subtile mais aussi puissante !
Composition et Pop de chambre sont des qualificatifs qui vont bien à ce créateur et à sa musique tant il se débarrasse de toutes les contraintes de forme (couplet / refrain… pourquoi pas mais pas sans nécessité) références, écoles, étiquettes, instrumentation, structures, durées…
Mais loin d’aboutir à un énième album de branleur qui se tire sur la tige devant son ordinateur (ce que je suis en train de faire avec ces lignes et ces mots) voici un GRAND album plein de chansons atypiques et délectables !!!
Une intense découverte pour se requinquer en ces temps dépriment !!!
[BT]
SNACK FAMILY
Bunny, LP, Digital
Slowfoot Rds
trio localisé à Londres constitué d’un saxophoniste, d’un batteur et d’un guitariste baryton qui chante… Donc avec une telle formation on sort de l’ordinaire !
Musicalement c’est une sorte d’Art Rock assez déstructuré mais loin de la musique pour musiciens. On baigne dans une ambiance qui rappelle certains moments des 90’s mais aussi les fanfares de la New Orleans, une visions du Psychédélisme loin des clichés ressassés actuellement…
Contre temps, breaks, polyrythmes, mélodies, harmonies et disharmonies… tout ça et aussi des inspirations Middle East au sens le plus large donne une saveur à ce 1er album (après 2 Eps) qui nous éloigne fort agréablement des sentiers ultra rebattus !
Quelques petits bidouillages proto electro illustrent aussi certains titres… C’est aventureux, et bien maîtrisé. Ouai, Avant Rock si cela à un sens…
Laissez-vous surprendre c’est tellement jouissif !
[BT]
The HIJACKERS
I don’t like you, EP, Digital
Beluga Rds
Ce quatuor suédois revient avec ce nouveau EP 32 ans après son dernier disque. Revenants, dans le scène Garage c’est assez raccord vu l’inspiration horrorifique de certains…
Surtout ce qui est très raccord ici c’est la qualité des 4 chansons ! Celle qui donne son nom au EP est une de ces petites bombes Garage Sixties qui m’éclate toujours autant. Surtout quand s’est fait avec une telle fraîcheur, chaleur, verdeur !
Et les vétérans ne mollissent pas sur les 3 autres chansons qui recèlent en plus une grosse dose de Power Pop (canal historique) ! Ainsi qu’une touche de Surf par ici, de Paisley Underground par là, et même un petit relent de Revival Mod… Un bien beau mélange qui marche à fond !
Un disque comme ça ragaillardit !!!!
[BT]
The LIMIŇANAS
Shadow People, LP, CD, Digital
Because Music
Un nouvel album des Limiňanas ça ne se refuse pas. Ça se déguste même avec envie et délectation ! Les ronchons diront que la formule est toujours la même (Post Gainsbourg / et Post Pop 60’s)…
Mais les grincheux on leur pisse à la raie et on va continuer à revendiquer notre droit à s’éclater !
10 titres sur ce 5ème album qui démarre et se termine par un instrumental. Ouverture, clôture… une fin façon western spaghetti, cowboy solitaire qui s’éloigne dans le couchant… Beaucoup de guest sur cet album enregistré pour partie (et mixé) à Berlin par Anton Newcombe qu’on entend sur le disque et Andrea Wright son ingé son. Donc mister Anton au chant (et aux guitares), Emmanuelle Seigner et Bertrand Belin viennent en pousser une, et Peter Hook revient poser sa basse sur une chanson parce qu’apparemment leur 1ère collaboration avait été également appréciée par les 2 parties, Pascal Comelade est aussi passé faire un tour, comme Renaud Picard et les australiennes de Pink Tiles pour des choeurs…
Le chant alterne toujours français et anglais…
Si la pochette et très rouge incandescente c’est plutôt le côté shadow qu’on ressent sur cet album un poil Velvetien et mélancolique. Bref dans le right mood pour l’hiver !
[BT]
En concert  : Mercredi 12 Décembre : The LIMINANAS (Garage pop Yéyé, excellent) + JOHNNY MAFIA (Indie Garage), au Brise-Glace, à Annecy,
Et :
Vendredi 14 Décembre : The LIMINANAS (Garage Pop Yéyé excellent) + MAKE OVERS (Garage Punk, Afrique du Sud), à la Belle Electrique, à Grenoble
Gagnez vos places pour ce concert en envoyant le mot de passe LIMINANAS à concours@campusgrenoble.org
CHEAP STAR
Songs for the farrelly brothers, CD, Digital
Z&Zoé Rds
Avec ce nouvel album Cheap Star se dégage encore plus de l’ombre tutélaire des Posies en dépit du fait que Jon Auer joue sur presque tous les titres et ait enregistré l’album, à l’exception d’une chanson dont s’est chargé Ken Stringfellow... on reste en famille.
J’ai toujours aimé les disques de Cheap Star mais il faut constater qu’avec celui-ci ils ont franchi un palier affirmant encore plus leurs talents.
Tout d’abord celui de compositeur capable d’écrire neuf merveilles parfaitement équilibrées, gracieuses, élégantes, aériennes mais également musclées quand il le faut !
Le parfait équilibre entre vigueur et mélodies.
Talent d’interprète, également présent sur toutes leurs chansons et également sur la reprise de « Into your arms » (The Lemonheads… une cover pas choisit au hasard). Une maîtrise soyeuse, un sens de l’équilibre proche du plus que parfait.
Enfin, talent pour s’entourer de gens capables de réalise l’album de façon idoine. C’est-à-dire en mettant en valeur chaque élément pour sublimer l’ensemble.
Pensez à un Pixies au mieux de leur forme et ultra mélodieux, ou au Lemonheads comme on les rêve !
Un must !!
[BT]
En concert  : Samedi 15 Décembre : TAHITI 80 (Indie Pop) + CHEAP STAR (Power Pop élégante), au Brin de Zinc, à Chambéry – Barberaz

vendredi 7 décembre 2018

Chronique : MICAH P. HINSON + LAST DETAIL + GENERAL CLUSTER + ESCOBAR + MAKE-OVERS


MICAH P. HINSON AND THE MUSICIANS OF THE APOCALYPSE
When I shoot at you with arrows…
Full Time Hobby / Pias
Nouvelle incarnation, réincarnation ? Renaissance ?
En fait tout le discours mystico machin chose, la légende et la véritable histoire du gars m’intéresse pas du tout seul compte la musique…
Si parfois il peut être irritant sur ce disque là il est convainquant ! Passionnant même !
Funeral Folk / Death Country / Indie Pop lancinante et sale, musique de saloon en pleine descente de fin de nuit, Indie Swamp Rock… n’en jetez plus !
Peut-être la plus resserrée des collections de chansons du bonhomme (seulement7 mais en 42 mn parce qu’il laisse la musique se développer quand elle le nécessite).
Laissez-vous conditionner par la pochette c’est une belle porte d’entrée vers cette musique.
Très très prenant !
[BT]
The LAST DETAIL
S/t, LP, CD, Digital
Elefant Rds / Differ-Ant
Très bel album de Pop, canal historique, comme on s’y attend venant de chez Elefant Rds. Mais loin des revivalistes 60s…
Sans doute est-ce du au fait que The Last Detail soit la collaboration entre Erin Moran (A Girl Called Eddy) et Mehdi Zannad (FUGU), rejoints en studio par : Julien Barbagallo (Tame Impala), Raphael Léger (Cléa Vincent), Jean Thévenin (François & the Atlas Mountain) et Olivier Marguerit (O, Syd Matters, Halo Maud, Chevalrex) entre autre. Soit des musiciens impliqué dans le scène Indépendante depuis un bail, qui pratiquent chacun dans leur coin une musique qui à une forte personnalité. Et quand ils se réunissent pour réaliser un album de Pop à l’ancienne une chose est sûr ça ne sent pas le renfermé.
Tout ce beau monde magnifie les chansons qui jouent un peu avec les codes du genre mais font ça à l’air libre, dans le temps actuel et hors du formole !
[BT]
GENERAL CLUSTER
Greetings from Black Mountains, CD, Digital
Autoproduction
Franchement j’y croyais plus à ce 1er (véritable) album. Après tant de changements de line-up, de nouveaux faux départs… Et puis le voilà enfin qui débarque. !
Ça fait un moment que je suis les General Cluster (excellent nom) et que j’espérai quelque chose de frais de leur part. Je ne suis pas déçu par ce « Greetings from Black Mountains » ! Déjà le choix du titre est excellent, et l’attention qui a été portée à la pochette est un préambule à celle qui a été portée au son, aux compos, à l’interprétation, aux voix… Pour leur grand retour les ‘grenoblois’ ont mis la barre haute et surtout porté attention à tous les détails pour être sûr de réussir cet album !
Après ce qui compte c’est la musique !?! Et là non plus je ne suis pas déçu.
Grosse voix (mais qui se module souvent en fonction de la chanson ou du moment dans la compos), grosses guitares qui aiment les riffs et les solos (mais sans jamais tomber dans l’excès), et une putain de rythmique qui n’est pas là pour rigoler !
Du Stoner / Southern Rock qui tire vraiment vers le Metal. Avec de vrais éléments de Heavy et de Thrash dedans. Mais amalgamé de façon particulière, dans un dosage qu’on retrouve rarement (voir pas) ailleurs. Et pourtant des groupes qui sont étiqueter (souvent trop vite) Stoner je m’en mange beaucoup. Les General Cluster ont non seulement une recette personnel, mais surtout balancent à la face du monde un putain de vrais bon album qui est là pour vous écraser les neurones (avec style) mais quand même quel pied !!!
En tout cas c’est un album marquant qui est là pour rester !
[BT]
En concert : Dimanche 9 Décembre : GENERAL CLUSTER (Stoner) + MORRIGHAN (Rock Prog Hard) + WEDINGOTH (Prog Rock Metal), à La Bourse aux Disques, à la Salle Polyvalente, à Chirens (38), de 9h à 21h
Et :
Jeudi 13 Décembre : GET OUT TO DIE (Duo Indie Punk Rock) + GENERAL CLUSTER (Stoner) + HOT CHIBERS (Hard Punk Rock), à l’Ampérage, à Grenoble
Et :
Vendredi 14 Décembre : GENERAL CLUSTER (Stoner), My Beers, à Voiron (38)
ESCOBAR
The Biggest sound, LP, Digital
Dirty Water Rds USA
Whaoo il claque bien le nouvel album du duo frenchy ! Leur premier chez Dirty Water Usa qui ne s’est pas trompé pour le coup !
Rarement un disque à sonner aussi immédiatement et de façon aussi clairement évidente comme étant une pure collection de classiques !
J’avoue que la formule duo guitare / batterie ça n’a jamais été un truc qui me rendait dingue, parfois j’y ai trouvé mon compte, mais souvent ça tourne vite en rond. Mais sur ce 3ème album Escobar sonne comme un vrai groupe ! Et propose une variété de sonorité tout au long de ces 12 chansons (oui oui chansons, ici on est loin des décharges Garage Punk Trash primaires si souvent le lot de leurs confrères de formules), parfois agressives, trépidantes, mais toujours mélodieuses. Fidèle au titre de l’album, grâce à un son immense.
Grunge, Post Punk (façon 1er Adam & The Ants), Musique de film, Garage, Sludge, Power Pop, Punk… un large éventail de possibilité que les 2 frenchies mélangent afin de produire un disque qui a de la moelle !!!
[BT]
En concert : Mercredi 12 Décembre : ESCOBAR (Garage Punk Grunge, excellent) + YEAH BABY YEAH (Trash Blues Punk), au Trokson, à Lyon. Entrée libre
MAKE-OVERS
Grip On You EP
Dionysiac Music
Ok le coup du duo couple batterie / guitare vous vous dites (comme moi) qu’on vous l’a déjà (trop) fait. Et c’est vrai !
Sauf que cette fois avec ces sud africains on se retrouve avec un putain de bon disque ! Les Make-Overs ont un truc bonus. Voir plusieurs !
Tout d’abord elle/il sont excellents sur scène (ils ont été les chouchou des programmateurs qui vont faire leur marché aux Transmusicales de Rennes) et donc mettent le feux aux planches.
Mais de ça on s’en branle un peu puisqu’ici il est question d’un disque ! Et franchement ces 6 chansons rentrent bien bien dans la tête ! Notament grâce à un dosage judicieux et fin de la part du groupe de Prétoria. Indie Rock 90, Garage Pop, Punk 77, Power Pop… Art Pop de maintenant, Slacker Rock, Grunge Pop, Bricolo machin chose… tout ça et plus encore !
En fait elle/il sont un peu à côté du cadre traditionnel du cliché du duo batterie guitare mixte ; et ça donne des chansons qu’on aime jouer et rejouer !
[BT]
En concert : Vendredi 14 Décembre : The LIMINANAS (Garage Pop Yéyé excellent) + MAKE OVERS (Garage Punk, Afrique du Sud), à la Belle Electrique, à Grenoble
Gagnez vos places pour ce concert en envoyant le mot de passe LIMINANAS à concours@campusgrenoble.org

lundi 3 décembre 2018

Chronique : HAIKU GARDEN + WOODEN WOLF + JOHNNY MAFIA + PHOENICIAN DRIVE + ZËRO


HAIKU GARDEN
Where if not now, LP, CD, Digital
Kapa Rds
Alliant la beauté des voix évanescentes & envoûtantes posées sur des guitares Noisy les chansons de ce groupe Slovène nous réconforte comme un cocon au sein de se monde cruel, laid & déceptif. Comme votre pull favoris, ou une soirée sous la couette avec un bon livre. Pour prévenir les frimas de l’automne et les engelures de l’hiver, Haiku Garden injecte des rayons de soleil dans sa Pop Shoegaze !
Ils jouent un peu avec les conventions du genre, les réarrangent, les reconditionnent, les réinterprêtent tout en gardant un esprit POP.
Pas mal d’arrangements discrets, inattendus (synthé, boite à rythmes, percussions, 12 cordes…), mais important pour les chansons, apportent leur pierre à la construction du son de Haiku Garden, qui sait y faire et dépose à nos pieds un des albums les plus enthousiasmant dans le genre !
Jetez-y vos deux oreilles si vous avec encore conservé une capacité à l’émerveillement alors cet album devrait largement la nourrir !
[BT]
The WOODEN WOLF
Winter variations Op.6, CD, Digital
Deaf Rock Rds / Bigwax Distribution
C’est toujours aussi beau d’écouter la musique du gars Wooden Wolf, et ce nouveau disque ne change rien à l’affaire.
Avec ses accompagnateurs ils forge un Folk funéraire et funèbre qui va bien avec notre entrée dans l’hiver (de l’humanité?) !
Toujours centré autour de la guitare acoustique et de sa voix à la fois profonde et velouté sa musique s’amplifie, se développe et prend de l’ampleur tout en devenant parfois menaçante avec sa guitare électrique en sous couche, le violoncelle, le violon et la contre basse qui ne sont pas utilisé ici comme éléments du Folklore mais comme une sorte d’extension classique de l’inspiration de l’homme !
Beaucoup de voix (de voies?) complémentaires sur ce disque. Ce qui crée des espaces musicaux et mentaux plus vastes ! Et rend l’album plus divers, variés. Parfois au point de flirter (mais en restant toujours du bon côté) avec le risque de se perdre… Car toujours Wooden Wolf écrit des chansons qui vous marquent au coeur.
[BT]
JOHNNY MAFIA
Princes de l’amour, LP, CD, Digital
Dirty Water Rds / Differ-Ant
j’ai déjà écrit et dis tout le bien que je pensai du 1er album des ce jeune quatuor français. En plus sur scène ils baffent bien ! Alors mon niveau d’attente était élevé par rapport à ce 2ème  album.
Et je suis plus que rassuré : rassasié !!!
ça fait 2 mois que je me régale de cet album (qu’on à eut en avance dans le cadre du partenariat avec Campus France, le réseau des radio s Campus) ce qui m’a permis de l’écouter, le réécouter, les re re écouter… de très très nombreuses fois, dans divers contextes : en bagnole, au bureau avec mes écouteur, à la radio, chez moi sur ma hi-fi… et putain if baffe !
Et m’impressionne !
11 chansons up tempo, mais jamais lassante, pleine d’entrain et de joie de vivre ! De guitares et de mélodies aussi !
Entre le Punk 77, la Power Pop musclées, College Rock et le Garage Punk… mais en fait sans rien garder des caractéristiques les plus saillantes de ces divers styles… l’esprit et pas la lettre, comme simple canevas pour leurs chansons !
Contrairement à ce que le titre de l’album peut laisser croire : ils ne chantent pas en français. Et même font ça sans accent français et avec une vraie voix idéale pour leur style !
REJOUISSANT ! Ou re-jouissant puisqu’il s’agit de leur 2ème album !
[BT]
En concert : Mercredi 12 Décembre : The LIMINANAS (Garage pop Yéyé, excellent) + JOHNNY MAFIA (Indie Garage), au Brise-Glace, à Annecy,
PHOENICIAN DRIVE
S/t, LP, Digital
Exag / SK Rds
Le sextet bruxellois à sû créer un ‘petit buzz’ autour de sa musique en très peu de temps et ce 1er album vient couronner leurs brillants débuts !
Comment définir leur mélange musicale ? Indie World ? Rock transcontinental ???
Ils utilisent des mélodies empruntées (à une version mythifiée?) la musique du Moyen Orient, de l’Afrique du Nord, des Balkans et de l’Asie Mineur qu’ils interprètent dans une relecture qui doit un peu à l’Indie Rock, au Kraut, au Psychédélisme et au syncrétisme Post Post Moderne !
Un vrai disque de 2018 quoi !
C’est frais, très plaisant. Un peut exotique (Exotica du 21ème siècle?), mais loin d’être tiers mondiste larmoyant ! Une vraie tentative d’aéré le vieux monde du Rock !
Et ça le fait très bien je trouve !
[BT]
En concert : Vendredi 7 Décembre : NNY FEST 3.0, avec : PHOENICIAN DRIVE (Rock transcontinental, Belgique) + NI (Noise) + CATHEDRALE (Garage Pop) + ZERO GAIN (Punk Rock), à Ursa Minor, à Saint Etienne
ZËRO
Ain’t That Mayhem, CD, 2LP, Digital
Ici d’Ailleurs / L’Autre Distribution
14 titres ça peut paraître (trop) long parfois, mais pas ici. Car sur ce nouvel album Zëro c’est bien laché, avec une paires de titres sur lesquels soufflent un vent de liberté formelle qui font exploser les carcans et les formes,
Sur d’autres ils intègrent des éléments electronics, ou, des claviers auxquels ils ne nous avaient pas habitué.
Et on entend même sur ce « Ain’t that mayhem » une chanson a la limite du Swamp Rock entre Gun Club et Bad Seeds.
Pour le reste Zëro c’est toujours un must de Post Rock décomplexé par l’amour de la Noise. Capable de convaincre et passionner un gars comme moi normalement réfractaire au Post Rock normalement.
A l’image de sa pochette : bienvenu dans un monde sonique brinquebalent mais tellement emballant !
[BT]
En concert : Vendredi 7 Décembre : ZËRO (Noise Rock), au Poulpe, à Reignier (74)
Et :
Samedi 8 Décembre : NNY FEST 3.0, avec : ZËRO (Noise Rock) + NEIGE MORTE (Black Metalgaze) + GRRZZZ (Electro Punk) + The HI-LITES (Post Punk), à Ursa Minor, à Saint Etienne

vendredi 30 novembre 2018

Chronique : GOSPELBEACH + TELESCOPES + UFO ÔVER LAPPLAND + MEDICINE BOYS + UNCLE ACID & The DEADBEATS


GOSPELBEACH
Another Winter Alive, LP, CD, Digital
Alive Rds
Après Another Summer of Love, Gospelbeach revient avec un nouvel album et un choix de noms pour leurs albums tout aussi succulent que leurs contenus !
Bon voici un disque de bric et de broc (5 titres studios inédits enregistré lors de la session du précédent album et 5 titres live)… mais étrangement je trouve le résultat encore plus enthousiasmant que sur Another Summer of Love.
Pour ceux qui ne connaissent pas Gospelbeach (j’adore leur nom, qui est bien bien en adéquation avec leur nom), leur musique est une sorte de Pop ultra ensoleillée, matinée de Folk et d’Americana… mais l’ensemble est d’une beauté si élevée que le seul point de comparaison qui me vienne en tête se sont les Jayhawks et Mercury Rev (au mieux de leur forme) dans des genres très différents, Gospelbeach a cette même joie de vivre, et cette capacité à écrire et interpréter une musique qui élève l’âme, sans sombrer dans le préchi précha…
Le nom de ce groupe n’est pas une publicité mensongère ! Et n’oubliez pas : on peut aimer le soleil, la plage et les filles en maillots de bain et avoir de la profondeur !
[BT]
The TELESCOPES
Early Studio Recordings 89 – 90
Bang Rds
Whaoo ! 15 titres soit les 4 premiers Eps des Telescopes ! PUTAIN ça fait du bien ça !
Loin de tous ce faiseurs qui copient pour essayer de scolairement retrouver le son de l’époque…
The TELESCOPES c’est un des plus intense des groupes Noisy Pop / proto Shoegaze… Avec une influence Stooges que j’avais pas noté sur les albums avec lesquels je les ai découvert. Et évidement pas mal de la noirceur du Velvet. Et un côté rampant menaçant qui fait très down under (australien quoi, mais le versant Beasts of Bourbon).
Il y a aussi un côté lancinant, répétitif, obsédant qui fait un peu penser à Suicide.
En tout cas il y a surtout ici 15 titres qui vous donne l’impression de vous cogner la tête contre les murs ! Mais c’est tellement jouissif !
Brut ! Brutaliste !
Ça fait tellement du bien : du VRAI ! Du réel !!!
Mais pas seulement !!!!
Jetez-vous là-dessus !
[BT]
UFO ÖVER LAPPLAND
S/t, LP, CD, Digital
Sulatron Rds
Attention ce disque est une sorte de drogue dure ! De celle qui font voyager à travers les systèmes solaires et aux confins de son cerveau !
Putain ça met une baffe cet album ! Ces 4 gars sont du nord de la Suède, ils aiment étirer leurs titres. N’ont pas peur d’aller au-delà des 10 mn parce que jamais ils ne lassent !
Space Rock mais avec des burnes ! Assez loin des clichés et pas réactionaire ou revivaliste… Plutôt à 100 % dans notre temps. Ou alors échappé d’un autre plan de la réalité !
Beaucoup d’effets sonores mais pas d’excès et une musique qui vient des confins de la pulsion terrestre en passant par le Kraut, le Post Rock, le Post Hardcore, l’Indie Rock, la Noise… Mais Ufo Över Lappland n’emprunte pas ils s’approprient, réagence, réinterprètent et trace un chemin qui vous mène loin hors de vous même !
[BT]
UNCLE ACID & The DEADBEATS
The night creeper, LP, CD, Digital
Rise Above Rds
Bon évidement leur nom n’est pas neutre et il donne déjà pas mal d’indications concernant leur style musical… Bien qu’ils refusent de rentrer dans une petite case.
En fait Uncle Acid est à la périphérie (ou mélange) de plusieurs courants : Heavy 70’s / Garage / Occult Rock / Psyché bien sûr, mais plutôt par son versant noir.
Avec aussi des choses venues de la tradition du Shock Rock d’aussi loin que Screaming Lord Sutch ou du Alice Cooper Band
Un de leur précédent album était un hommage aux films de la Hammer ce qui donne une assez pertinente idée de leur univers. Ce « the night creeper », leur quatrième, a été développé à partir de l’idée d’un roman de gare (imaginaire) qui serait devenu un Film Noir puis réadapté en Giallo… Intriguant. Intéressant aussi !
Très convaincant, surtout !
Cet album est assez cru grâce à une prod’ simple et naturelle signée Liam Watson dans son antre du Toe Rag Studios. Ce qui ne contribue pas peu à le distinguer parmi les nombreuses sorties actuelle. Ses autres atouts étant son syncrétisme et l’intérêt des compos !
Ils sont en tournée actuellement pour soutenir la sortie de leur nouvel album !
[BT]
En concert : Lundi 3 Décembre : UNCLE ACID And The DEADBEATS (Psyché Doom Occult Rock, Uk) + L.A. WITCH (Indie Psych Garage Girls, Usa), au Transbordeur, à Villeurbanne (69)
MEDICINE BOY
Lower,
Fuzz Club Rds
Le duo/couple d’Afrique du Sud vient de s’implanter à Berlin et publie son nouvel album qui tombe en plein automne et c’est fait pour !
Pluie de guitares Noisy cotonneuse façon Shoegaze, dans une ambiance ultra indolente. Lente et lancinante la Pop Noisy de Medicine Boy vous rentre dedans les oreilles et touche au cœur, notamment par son côté parfois minimaliste et répétitif.
Et beau, toujours !
L’entremêlement des 2 voix densifie la profondeur des chansons.
Ce deuxième album à beaucoup de charmes, de ceux qui vous emprisonnent les neurones, les terminaisons nerveuses et l’envie de se sortir de ses bras accueillants !
Pour sûr il semble logique que l’on site PJ Harvey et surtout Mazzy Star, cependant il ne faudrait pas enfermer Medicine Boy dans un trip revivalisme 90. Elle/il ressuscitent la profondeur musicale et émotionnelle de ces artistes, mais Medicine Boy est bien là pour creuser son propre sillon ce qu’elle/il font profondément sur ce Lower qui n’aime rient tant de revenir sur ma platine.
[BT]
En concert : Lundi 3 Décembre : MEDICINE BOY (Indie Noisy Pop, Berlin) + GANACHE (Psyché Pop), au Farmer, à Lyon