lundi 26 octobre 2020

Chronique : NICK FRATER + LUCIDVOX + SO-CHO PISTONS

NICK FRATER

Fast & loose, CD, Digital

Big Stir Rds

Moi j’avoue que quand le contact avec un nouveau disque se fait via une belle pochette la 1ère impression fait forcément une avancée significative !

Ensuite le fait que le disque soit sorti par un label qui jusqu’ici ne m’a jamais déçu dans ses choix c’est aussi un argument supplémentaire pour l’écouter immédiatement avec attention !

Autant le dire d’emblée ce n’est pas avec cet album qu’une production estampillée Big Stir Rds va me décevoir. Au contraire !

Bien au contraire !

Une fois de plus je lui suis immensément reconnaissant de m’avoir fait découvrir cet artiste ! Car ce ‘Fast & Loose’ est le 5ème ‘véritable album’ de ce songwriter/multi instrumentiste/producteur anglais (je vous invite à allé découvrir le reste de sa production pour comprendre la distinction qu’il fait entre vrai album et ses autres productions https://nickfrater.bandcamp.com).

Nick Frater est un de ces maestro de la composition qui sévissent à travers le monde et que les aficionados se partagent comme un gage de bon goût !!!

Musicalement s’il faut qualifier la musique de Nick Frater on pourrait dire Power Pop. Enfin dans la mesure ou vous estimez que Elvis Costello fait de la Power Pop. Les 2 hommes naviguent dans une sorte de terre du milieu entre Rock et Pop qui n’a que faire d’étiquettes.. Leur quête étant celle de la chanson parfaite !

Et il faut bien reconnaître qu’ici Nick frater vous en livre un joli paquet, avec quelques instant hits et quelques dont les charmes agissent plus lentement, mais oh combien sûrement !

Voici des heures de bonheur misent à votre disposition tant cet album s’écoute et se réécoute avec joie !!!!

Avec l’aide de quelques batteurs Nick Frater à enregistré seul cet album lumineux qui donne une belle place aux claviers/orgues et autres instruments à touches qui viennent souligner et magnifier les mélodies et porter le travail de la guitare qui sait ne jamais être envahissante mais toujours présente pour garder un aspect mûrement Rock !

Et en plus certaines chansons bénéficient d’arrangements formidablement luxuriants !

Quel pied !

https://bigstirrecords.bandcamp.com/album/fast-loose

[BT]

LUCIDVOX

We are, LP, CD, Digital

Glitterbeat Rds / Modulor

1er album a avoir une sortie internationale pour ce quatuor féminin russe.

Si vous voulez écouter ce quelles faisaient avant c’est ici : https://lucidvoxband.bandcamp.com/ !

Ce qui frappe immédiatement se sont les voix et le chant en russe, ce qui donne une étrangeté supplémentaire à leur Art Rock. Noise Rock matinée de Post Punk (mais sans sombrer à la hype revivaliste actuelle), de Psych Rock, de post Hc, de Kraut, Stoner tarabiscoté…

Les chansons de Lucidvox ressemblent à peu de chose de connu jusque là et c’est tellement rare qu’if faut s’en délecter au maximum !!!!

9 titres obsédants et qui reviennent régulièrement sur ma platine !

Certaines ambiances musicales et le travail sur les voix peuvent créer un sentiment quasi mystique, comme sur le morceau d’ouverture qui vous plonge immédiatement dans une faculté d’attention particulière. Alors qu’à d’autres moments on se croirait à l’écoute d’un manifeste musical du mouvement Art Brut… sans que jamais Lucidvox ne sombre dans le fouillis ou les n’importe quoi. Les moscovites suivent une ligne qui semble clairement définie et sort directement de leurs instruments, voix, corps et âmes !

https://lucidvox-band.bandcamp.com/

[BT]

SO-CHO PISTONS

Knuckleheads, LP, Digital

Monster Zero Rds

Putain elle est chouette cette pochette et elle t’amène directement à mettre ce disque entre les oreilles et il est exactement comme je l’imaginais ! FAST !!!

Ce groupe Hiroshima (sûrement pour ça qu’ils sont énervés) existe depuis 25 ans. Mais je les découvre maintenant grâce au travail de Monster Zero Rds ! C’est leur 8ème album si j’ai bien compté.

Ce power trio joue un Fast Punk très mélodieux et qui sait composer de vraies chansons accrocheuses !

Dans la grande tradition des groupes du pays du soleil levant ils chantent dans une sorte de sabir qui prétendant être de l’anglais (en même temps ici on aurait du mal à donner des leçons concernant la maîtrise des langues étrangères)… mais ça contribue au charme de l’ensemble !

Il y a 18 titres sur ce disque qui s’étalonnent de 0’57 à 2’50 ce qui vous donne une vague idée de ce que la musique de So-Cho Pistons peut donner !

Car ils savent jouer vite, et taper fort, mais aussi trousser des titres Punk Rock bien solide et mélodieux et joués sur un tempo moins rapide ce qui donne une variété bienvenue à l’ensemble de l’album.

Donc si vous aimez le Punk’n’Roll, le Pop Punk, le Hc Mélo, le Punk 77… c’est à dire les chansons sur vitaminées avec plein de chœurs à reprendre devant sa glace en jouant de la guitare sur une raquette de tennis, alors voici un album qui est fait pour vous !!!!!!!

https://monsterzerorecords.bandcamp.com/album/knuckleheads

[BT]

vendredi 23 octobre 2020

Chronique : MICHAEL J SHEEHY + WILLIAM LOVEDAY INTENTION + ABUS DANGEREUX 154

 
MICHAEL J SHEEHY

Distance Is The Soul Of Beauty, LP, CD, Digital

Lightning Archive / Modulor

Finalement il y a des gens que ça a rendu créatif §

Voici le 1er album en solo de ce songwriter britannique depuis 10 ans, il sévit normalement avec son groupe Miraculous Mule (dont j’ai déjà écrit tout le bien que sa musique m’inspire http://voixdegaragegrenoble.blogspot.com/2017/06/chronique-against-me-miraculous-mule.html) mais coincé chez lui il a enregistré en ‘solo’ 10 chansons merveilleusement délicates !

Du fait de la pandémie la sortie de cet album a été placée en octobre, alors que je l’ai reçu il y a déjà plusieurs mois, et donc ça fait un long moment que je suis immergé dedans ! Et on y est bien ! Tellement bien !

Voici 10 chansons composées et interprétées solo à la maison, sans que ce dépouillement ne soit un frein au plaisir quelles distillent, bien au contraire, s’en est un des éléments principaux.

Ce dépouillement transcende les chansons, les ramène à leur pure essence première, comme pour correspondre aux aspirations spirituelles de leur auteur.

Blues fantomatique, Folk lunaire, Country aride, mais du beauté et d’une transcendance rarement atteinte (à part peut-être par Léonard Cohen ou Tim Buckley dans des registres différents).

Une œuvre, une vraie !

https://michaeljsheehy.bandcamp.com/album/distance-is-the-soul-of-beauty

[BT]

The WILLIAM LOVEDAY INTENTION

People think they know me… (But they don’t), LP, CD, Digital

Damaged Goods Rds

1er album d’une série de 4 à sortir tous les mois de cette fin 2020 pour ce nouveau projet de Billy Childish qui jusqu’ici n’avait proposé que deux singles. Certaines des chansons qui apparaîtront sur ces albums ont déjà été publiée sous la forme d’un coffret de 7 singles (+ un de CTMF) qu’à sorti cette année Hangman Rds (la 1ère réalisation de ce label depuis 19 ans). Je ne suis pas allé vérifier mais je sens que ce genre d’objet n’est pas simple à dégoter, et en plus j’aime pas les singles comme format !

Donc là c’est le 1er album. Avec un titre programmatique !

Donc voici Billy et son gang d’habitués / fidèles + quelques guest de sa famille musicale élargie ...

Toujours très misanthrope Billy gratte un peu ses plaies dans un sens qu’on aime bien et ajoute un peu de sel western spaghetti, Mariachi, cocktail music (pour fin de nuit chancelante), Death Country, Exotica avec un violon entre yiddish et Mittleuropa… l’ensemble est proche de l’esprit de l’unique et excellent album de The Earl Of Suave.

La musique à plus d’ampleur que d’habitude (orgue, trompette, harmonica, voix féminine...), et elle revisite des registres plutôt inattendus pour un gang à Billy, et c’est tant mieux !

Effectivement pas le type de musiques qu’on attends de prime abord de la part du gars, mais finalement très raccord avec son univers artistique !

Et surtout un splendide album plein d’ampleur et d’émotions diverses et intenses !

https://damagedgoods.co.uk/

[BT]

ABUS DANGEREUX n°154, Juin 2020

40 pages couleurs + CD sampler de 14 titres, 5 euros

Je sais sur ce coup là je suis très lent, puisque je fini de lire ce n°154 pile au moment ou le 155 sort des presses… Mais vous savez ce que s’est on accumule, on accumule plein de magazines et de fanzines… et puis d’un coup on est débordé...

En plus comme je suis du genre à me plonger dans l’exploration du travail d’un groupe ou d’un artiste en même temps que je lis son interview... Le titre disponible sur la compil’ CD qui accompagne chaque numéro de ce méga-fanzine est une bonne introduction et permet de se faire une 1ère idée, mais moi j’aime quand sa dure longtemps et je suis un fanatique du format album…

Et dans ce n°154 il y avait surtout des musiciens que j’ai découvert !

A part DARIO MARS (http://voixdegaragegrenoble.blogspot.com/2020/03/chronique-dario-mars-sheer-mag-slander.html) dont j’ai déjà abondement parlé ici et dont j’ai assuré l’interview pour ce numéro, je connaissais et appréciait déjà (notamment pour les avoir diffusé dans l’émission) THEE SWEEDERS (Annecy Punk Rock City) et THE SONIC PREACHERS (Sète Punk Rock City), DESTINATION LONELY (Toulouse Noisy Punk Blues City) et NOT YOUR ANIMAL (là c’est plus compliqué puisque c’est un américain qui vit partiellement en France qui compose les chansons de ce groupe transatlantique).

Mais par exemple de PASCAL COMELADE je ne connaissais qu’un album et se plonger dans la véritablement pléthorique œuvre de ce Monsieur ça prend beaucoup de temps.

Par ailleurs M. WARD n’avait pas sorti d’album sous son nom depuis genre 8 ans, mais moi ça faisait bien plus longtemps que cela que je n’avais plus écouter sa musique. Donc là aussi ce fut une longue (et jubilatoire) séance de rattrapage !

Un autre qui à prit son temps entre ces deux derniers albums (5 ans) c’est ORWELL alors il m’a fallu repartir du début jusqu’à maintenant…

Et le travail du gars BEN WATT commence à être bien copieux, ça en fait des albums à écouter !

On pourrait se dire que le trio BÄRLIN n’en à que 3 au compteur et donc ça doit allé plus vite, mais cette musique et tellement immersive qu’elle vous embarque loin et longtemps.

Celle de LANTERNS ON THE LAKE l’est tout autant et depuis Newcastle elle/ils ont déjà une discographie assez importante et font une musique qui vous envahie bien les oreilles et l’âme.

DOMINIQUE PETITGRAND compose et réalise des pièces sonores et bien ça ne s’écoute pas comme un bête album de Rock !

JP SHILO lui aussi sévit depuis très longtemps, et maintenant il chante ! Mais cet australien bien ‘underground’ à déjà une longue carrière à découvrir !

Est-ce que la musique de HILARY WOODS fait peur ? En tout cas ce n’est pas de la Pop confortable et il faut s’y confronter…

Le duo artistique KOMPROMAT ça n’est pas forcément le genre de musique que je m’attendait à retrouver dans Abus Dangereux, mais c’est aussi pour ça que j’adore le lire, je découvre toujours des choses qui vont me sortir des mes sentiers rebattus !

Quant au projet musique et vidéo de CABANE il offre au belge Thomas Jean Henri (Venus / Soy Un Caballo) les voix de Will Oldham (Bonnie ‘Prince’ Billy) et de Kate Stables (This Is The Kit) pour magnifier ses composition, et entre l’album et le ‘film documentaire’ ça en fait des médium a explorer.

À tout ceci il faut rajouter un hommage à Monsieur GILDAS COSPEREC,

Une interview du ‘vétérans’ poly activiste PATRYCK ALBERT.

2 pages de chroniques livres Rock, un portfolio de Dom S-D.

Une page consacrée aux comics Kiss (si, si) et 10 pages de chroniques disque (et ça en fait des trucs que je voudrais avoir!).

Abonnement 5 numéros un an = 20 euros !

http://www.abusdangereux.net/site/

[BT]

P.S. : et donc le n° 155 est déjà là

alors soit vous commandez les deux, soit vous vous ABONNEZ !!!!



lundi 19 octobre 2020

Chronique : BEE BEE SEA + GALLOWS BIRDS + LESLIE PEREIRA & The LAZY HEROES + WARLUNG + DEATH VALLEY GIRLS

DEATH VALLEY GIRLS

Under The spell of Joy, LP, CD, Digital

Suicide Squeeze Rds / Modulor

4ème album de ce groupe majoritairement féminin de Los Angeles, j’avais (http://voixdegaragegrenoble.blogspot.com/2018/10/chronique-whodunit-death-valley-girls.html) déjà bien craqué sur le précédent !

Il est nécessaire de faire très attention à cet album qui démarre par 2 très très bonnes chansons, mais qui prend une dimension encore plus impressionnante avec la title track, qui arrive ensuite en 3ème position, celle-ci avec son Swamp Rock tellurique, répétitif et illuminé par des fulgurances de sax propulse l’album dans la stratosphère !!!

Et après ça c’est fichu, vous êtes envoûté !

Les Death Valley Girls ne restent pas sur un seul registre ni un seul mood. La chanson suivante étant une sorte de rencontre entre un Garage Punk killer et un girl group ! Quel pied.

En fait avec une panoplie sonore étendue, un vrai sens de la composition, une chanteuse habitée et la capacité de jouer sur plusieurs registres les californiennes accouchent d’un album exemplaire, qui montre leur très forte personnalité, leur créativité et leur amour de la musique !

Ce disque est ultra addictif, et désormais on commence à voir assez clair dans la production musicale de 2020… et je pense qu’il fera parti des disques qui marqueront cette année. En tout cas à titre personnel il sera très haut dans mon classement de fin d’année et il a une place toute particulière dans mon cœur !

https://deathvalleygirls.bandcamp.com/album/under-the-spell-of-joy

[BT]

BEE BEE SEA

Bay ripper

Wild Honey Rds

3ème album pour ce trio italien dont j’avais déjà parlé en (plus que) bien ici (http://voixdegaragegrenoble.blogspot.com/2017/11/chronique-bee-bee-sea-liminanas-buffalo.html).

J’avoue avoir été bien excité quand la sortie de ce disque a été annoncée ! Et dès les premières écoutes ce « Day Ripper » (excellent titre s’il en est) m’enjoie un maximum !

10 chansons impeccables !

Enfin 9 chansons et un instrumental, lui aussi super emballant !

Avec cette fraîcheur incroyable et ce son vrai, sec et pas aseptisé ni lo-fi. Le juste équilibre quoi !

Indie Pop Power / Garage / College Rock… en fait les Bee Bee Sea sont loin des étiquettes et des écoles. Certes c’est un groupe pleinement de 2020 syncrétique des styles et des époques, mais ils ne succombent pas à la nostalgie fantasmée d’une époque qu’ils n’ont pas vécu et ne cèdent pas au revivalisme.

Ils composent seulement de (très très) bonnes chansons et le jouent avec fougue et enthousiasme.

Et tout ça donne : encore un excellent album !

https://wildhoneyrecords.bandcamp.com/album/day-ripper

[BT]

GALLOWS BIRDS

Quaranteenage Licks, CD, Digital

Rum Bar Rds

Brillant disque et pas seulement du fait dans son titre !

Si vous aimez la Power Pop voici une belle collection de 10 chansons qui doivent tout autant à la Surf Music qu’à un courant très anglais proche du Revival Mod de 79… Et l’adjonction des 2 à des racines purement Power Pop américaines est une aubaine pour la qualité et la fraîcheur des compositions !

Ce groupe drivé par Travis Woods de Eccentric Pop Records s’est constitué pour jouer ses chansons composées pendant le confinement. Le 1er single de Gallows Birds « My Lambrettas » (un vrai tube et une forte indication des obsessions du monsieur) avait déclenché une vraie attente chez les aficionados de la choses !

Et cet album les récompense !

Enregistré principalement en 4 pistes il à un son sec, simple et direct, presque cassant, comme j’aime, pas du tout surgonflé comme c’est très (trop) souvent le cas actuellement. Un rien à l’ancienne et ça renforce encore son charme !

En plus de ses compositions le trio a enregistré 2 covers une du Len Bright Combo et une de Graham Parker, ce qui situe ses aspirations et influences… Du côté américain des influences de Gallows Birds on sent bien l’école Ramones/Lookout mais sans les clichés !

La pochette est très belle et référencée, l’album aussi et comme toute œuvre réussie on ne s’en lasse pas !

https://rumbarrecords.bandcamp.com/album/quaranteenage-kicks

[BT]

LESLIE PEREIRA & The LAZY HEROES

Good Karma, CD, Digital

Big Stir Rds

2ème album pour ce quartet de Los Angeles. Enregistré et mixé par Karen Basset (des Pandoras et de The Kariannes, la class) dans son studio.

Le groupe n’est pas constitué de perdreaux de l’année, mais de véritables music lovers. Et c’est ce qui transparaît immédiatement dans ces chansons, le plaisir de jouer et l’amour de la chose !

Ce qu’on remarque ensuite c’est la voix de leur guitariste chanteuse.

Autre élément primordial dans la musique de Leslie Pereira & The Lazy Heroes c’est qu’elle ne rentre pas dans une case ! Indie Rock / Power Pop / Rock’n’Roll / Pub Rock… elle/ils puisent dans tout ça, recombinent divers éléments sonores sans craindre de flirter avec l’exotisme sur une chanson, ou le Glitter sur une autre. Rien ne semble compter pour elle/eux car il y a une très forte personnalité musicale dans ce groupe. De plus j’aime vraiment le son et la place de la basse dans le mix, tout à la fois vraiment là, mais pas du tout envahissante. C’est bien rare de trouver le bon équilibre au milieu des 2 guitares et de la batterie pour la 4 cordes qui est souvent le parent pauvre du Rock dès qu’on dépasse les 3 instruments. Mais pas ici !

Le son de cet album est simple et direct et j’ai l’impression d’assister à une session live, cependant ça ne veut pas dire qu’il n’y a pas ‘d’arrangements’ utilisés pour magnifier les chansons.

Ici, il y en a 12, et elles sont toutes très très très aimables & délectables !

Miam- Miam !!!

https://bigstirrecords.bandcamp.com/album/good-karma

[BT]

WARLUNG

Optical delusions, LP, CD, Digital

Heavy Psych Sounds

3ème album pour ce quatuor de Houston qui agglomère Heavy 70’s, Space Rock, Pop Psyché, Prog Rock dans des titres (8) qui ne s’éternisent pas trop (entre 3’21 et 6’09) et qui aiment à montrer une vraie versatilité de tempos. De l’un à l’autre mais également au sein de la même composition.

Tout ça semble assez simple et direct de prime abord, puis au fil des réécoute on découvre des voix doublées ici, un peu de clavier là, une 2ème voix ailleurs, un riff dans le riff sur une autre partie… Tout un ensemble de petites choses et de petits effets qui mit bout à bout donne un gros paquet de charme à cet album !

L’alternance au sein d’une chanson, ou d’un morceau à l’autre entre les 2 chanteurs (qui ont des registres assez similaires mais qu’ils n’utilisent pas de la même façon surtout quand ils se répondent dans une même chanson ou sont à l’unisson) et un apport extrêmement important qui ne contribue pas peu au charme de cet album !

Entre un moment presque planant, en tout cas très aérien et un autre titre plus marqué Boogie ‘à la Blackfoot’ ce « Optical Delusions » fait beaucoup d’effort pour être à la hauteur de son titre, et y parvient haut la main !

https://heavypsychsoundsrecords.bandcamp.com/album/warlung-optical-delusions

[BT]

P.S. : l’excellent Heavy Psych Sounds Rds en profite pour rééditer leurs 2 premiers albums qui avaient été autoproduit par le groupe !