lundi 25 février 2019

Chronique : REVERBERATIONS + GAUME + REVEREND BEAT MAN & IZOBEL GARCIA + CHOCOLATE WATCHBAND + The SHIFTERS


The REVERBERATIONS
Changes, LP, CD, Digital
Beluga Rds
2ème album pour ce quintet de Portland, qui a aussi publié une poignée de Eps. Leur 1er pour l’excellent label suédois Beluga Rds.
Le groupe joue avec une imagerie et des titres de chansons et/ou de disques qui disent bien dans quel univers ils évoluent. Pop Psychédélique / Revival Garage Sixties… Mais à son sommet !
Guitares 12 cordes, chœurs aériens, orgue, mélopées envoûtantes… concours à rendre chaque chanson inoubliables ! Il y en à 13 ici et une bonne moitié font déjà figure de pépites indispensables aux futurs volumes des compilations Nuggets qui seront consacrées aux années 2010…
N’allez cependant vous imaginer qu’on à là affaire à une bande de hippies tout mous, les Reverberations savent enclencher la Fuzz quand il faut. Mais seulement à bon escient !
Dans le genre Revivaliste il n’y a pas beaucoup de disques dans mon imposante collection qui atteignent ce niveau de magnificence !
Et putain que c’est bon !
Jouissif, même !!!
Et en plus c’est très souvent beau, aérien, élégant, renversant d’évidence mélodique.. . Comme si The Reverberations avaient trouvée la pierre philosophale que si longtemps d’autres ont cherchés en vain, et qui donne le pouvoir d’écrire LA CHANSON aussi souvent qu’on le veut !
Le 1er tirage de ce disque est déjà parti avec les pré commandes, donc ne tardez pas !
[BT]
GAUME
Square One, LP, CD, Digital
Free Your Art / L’Autre Distribution
Pour moi celui-là c’est un rescapé. Dans la pile des nouveautés reçu à Radio Campus Grenoble que j’ai prise sans sélection ni a-priori rien ne distingue cet album pour avoir une chance de me plaire. Le patronyme n’évoque rien, la pochette est pas terrible…
En revanche le contenu baffe bien !
Album idéal pour qualifier ce qui se fait de mieux en ce moment dans la scène Indie Rock Pop.
Des chansons super chiadées, un son ultra policé, des influences diverses et variées mais pas envahissantes. Une sorte d’extraction de ce qu’on a entendu de meilleur sur la planète Indie en matière de Pop et Rock ‘à succès’ (de Blur au White Stripes… sans qu’aucun de ces groupes n’apparaissent dans les influences de cet album).
Une sorte de Power Pop de ces temps de la Post Ultra Modernité. On écoute tout, on assimile tout, et on propose une voix personnelle.
Les chansons ont en plus de l’ampleur et de l’emphase. Ces 13 titres pourraient aisément être diffusables sur les gros réseaux radiophonique (ce qui serait bien mérité) sans craindre la comparaison avec leur voisinage.
Indie Pop héroïque, peut-être, excellent, sans aucun doute. Un album dont l’intérêt jamais ne faiblit. Bien de son temps, affirmatif !
[BT]
REVEREND BEAT-MAN & IZOBEL GARCIA
Baile Bruja Muerto, LP, CD, Digital
Voodoo Rhythm Rds
Album collaboratif entre Beat Man et la californienne d’origine mexicaine Izobel Garcia pour une musique qui de prime abord ressemble à un disque du Reverend Beat Man de plus. Mais au fil des écoutes on se rend compte que cette rencontre apporte beaucoup de diversité au répertoire du bernois.
Du Blues Trash Garagifié bien sûr avec pas mal de Death Country, des éléments de musique mariachi, du folklore napolitain, et de Folk du Sud torride… Comme la danse des morts rejoué dans l’esprit de notre temps !
Présent sur ce disque une reprise (méconnaissable mais bien sentie) du ‘Black Metal’ de Venom, entre autre. Le mélange des voix et des langues. La présence d’une sorte d’orgue fantomatique, tout ça et le reste constituent un album vraiment passionnant qui se mérite un peu et s’écoute de bout en bout, et souvent !!!
[BT]
En concert : Jeudi 4 Avril : REVEREND BEAT MAN & SISTER IZOBEL GARCIA (Blues Trash religieux, Voodoo Rhythm Rds) + guests, au Sonic, à Lyon
The CHOCOLATE WATCHBAND
This is my voice, LP, CD, Digital
Dirty Water Rds
Pour commencer je dois confesser que je ne suis pas un gros connaisseur de la carrière de ce groupe. Notamment parce que les groupes Sixties n’ont jamais été ma tasse de thé (je préfère la scène Revival 80, et les groupes Garage des 90’s jusqu’à maintenant), donc j’aurai du mal à faire un comparatif avec leurs albums passé.
Première impression : la pochette que je ne trouve pas très jolie, mais ça c’est une constante dans la carrière de ce groupe.
L’album démarre avec une putain de bonne claque : un killer Garage Punk, ça met dans de bonnes dispositions ! Ensuite on enchaîne sur 2 morceaux plus posé, mid tempo tirant vers le Psyché 60’s. Puis vient un titre qui est une sorte de R&B revisité avec un son un poil 80 (enfin celui qu’ils aimaient chez New Rose quand ils signaient des groupes Us), avec un piano et un harmonica bien entêtant !
Je ne vais pas vous détailler titres par titres, sachez que si à la 1ère écoute on peut ce demander quel était la nécessité de publier ce nouveau disque, les passages suivants (et comme l’envie grandit à chaque écoute, il y en a plein) prouvent que les Chocolate Watchband sont toujours verts, pertinents, et capable de composer une belle ribambelle de chansons diverses et variées agrémentées de ce qu’on peut espérer d’un groupe Garage qui ne serait pas resté bloqué sur son passé !
[BT]
The SHIFTERS
S/t, LP, Digital, K7
Future Folklore Rds
je garde les oreilles bien ouvertes sur ce que sort ce label qui à vraiment un goût très sûr et un grosse capacité à dégoter des groupes qui sortent résolument de l’ordinaire !
Et c’est une fois encore avec ces Shifters de Melbourne, qui avait auto édité en cassette ce 1er album.
Si vous aimez le Rock Indie déviant qui tire vers l’Art Rock, quelque part dans un univers mental un peu maladif à la Country Teasers / The Fall / Television Personnalities… alors je vous recommande vivement de vous immerger dans cette musique !
The Shifters utilisent leurs instruments de façon assez surprenante et sortent des chemins ultra balisés de la scène indépendante actuelle !
2 guitares, basse, batterie, synthés et plein de voix mais sans que ça devienne envahissant. On s’en bien le côté rétro 80 froid et un peu désincarné. Mais ils puisent aussi au late 80’s… avec la fraîcheur et l’innocence de tous ces groupes anglais qui auto produisaient leur musique sur des cassettes et des singles bricolés maison. Ça évolue dans un héritage Rock cérébrale façon Velvet Underground (on jurerai entendre du violon parfois , sûrement parce qu’il y en a un) / Swell Maps. Mais sans jamais copier.
Ni sombrer dans le bête revival, la resucée ou la révérence !
J’aime beaucoup cette musique bancale et qui donne parfois envie de se gratter, comme un pustule ou un eczéma…
Comment ils chantaient déjà les autres ? Ah oui : ‘Pour une existence saine’. Ces Shifters là n’en ont rien à branlé ! Tant mieux !!!
Le groupe arrive en tournée européenne pour promouvoir leur nouveau disque un split 12 pouces en compagnie de leurs potes de Parsnip, toujours chez Future Folklore Rds !
[BT]
En concert : Vendredi 1er Mars : The SHIFTERS (Indie Garage Folk, Melbourne) + HOLD STATION (Heavy Psyché Blues) + FAUX DEPART (Rock Punk High Energy R’n’R), à La BAF, chemin des Alpins, à Grenoble
Et :
Samedi 2 Mars : The SHIFTERS (Indie Garage Folk / Post Punk, Melbourne) + The WENDY DARLING (Indie Pop Garage) + CONTRACTIONS (Indie Garage), au Sonic à Lyon
Et :
Dimanche 3 Mars : The SHIFTERS (Indie Garage Folk / Post Punk, Melbourne) + HANK! (Noise Punk), à Gigors et Lozeron (26)
Et :
Samedi 9 Mars : The SHIFTERS (Indie Garage Folk : Post Punk, Melbourne) + DAVID NANCE GROUP (Indie Psyché Blues, Usa) + EN ATTENDANT ANA (Indie Pop), au Petit Bain, à Paris


vendredi 22 février 2019

Chronique : HI-LITES + CITY VIEWS + NOCTORUM + CATFISH + STEVE AMBER


The HI-LITES
Dive At Dawn, LP, Digital

Hell I Vicious / Teenage Hate Rds / Bad Health Rds / Trokson Rds / Pencils Rds
Récemment devenu quatuor The Hi-Lites livrent un nouvel album où l’adjonction de claviers étend leur spectre musical de façon extrêmement intéressante ! Et surprenante ! Perso je pensait que ça les ferait aller vers une musique encore plus marquée par les 80’s, la New Wave, la Cold, le Synth Wave. Et finalement dans leur mix Post Punk / Indie 90 / Punk Garage c’est bien le versant le plus ‘agressif’ qui prend le dessus. Cependant ici les 11 chansons sont très mélodieuses, parfois martiale / métronomique, mais avec bien un facteur humain très présent et prédominant.
Si The Hi-Lites fait toujours parti de cette scène revivaliste Post Punk / Cold ils montrent avec ce Dive at dawn qu’ils sont aussi autre chose qu’un groupe bloquer dans une fantasmagorie du passé.
Le son et sec et direct, les titres jouent intelligemment sur les rythmiques différentes, les instruments bénéficient d’un étalonnage idéal, et les voix servent toujours les chansons. Un vrai grand bon en avant !
[BT]
The CITY VIEWS
Find me rewinding, 10’’, Digital
Half A Cow Rds
2 an et demi après leur 1er EP revoici le trio de Perth avec un 25 cm et 6 nouvelles chansons, que je trouve un peu plus mélancoliques que celles de leur précédente livraison.
Cependant nous voici avec 6 splendides compositions qui régaleront tous les fans de College Rock Us des 90’s, de Power Pop, de Jangle Pop, d’Indie Pop… bref si votre truc c’est les mélodies jouées musclées (entre Posies / Rem / Superchunk / Smudge / Teenage Fan Club / Bob Mould…) alors vous allez vous régaler car The City Views ont cette capacité de composition qui les mène à ce niveau là !
Ça se déguste avec bonheur, jusqu’au bout de la vie !
[BT]
NOCTORUM
The Afterlife, LP, CD, Digital
Schoolkids Rds
Quel pari dans nos temps d’ultra vélocité des réseaux dit sociaux que de publier un album UN VRAI. Un disque qui S’ÉCOUTE de bout en bout plusieurs fois afin de s’immerger totalement dedans pour en découvrir toutes les subtilités, les circonvolutions mélodiques, la finesse des rythmique, la richesse discrète de l’instrumentation…
J’avais été extrêmement emballé il y a de cela quelques mois en découvrant le single qui servait de préambule à cet album, et mes attentes étaient grande par rapport à ce 4ème album de ce projet né de la rencontre entre Marty Willson-Piper (ex The Church et All About Eve) et du musicien / producteur Dare Mason.
Ce ‘The Afterlife’ a bénéficié de la collaboration d’Olivia la femme de Marty, notamment au violon. Grande richesse mélodique, mais pas d’esbroufe, tout semble couler de source. Simple, direct, évident. Naturel !
[BT]
CATFISH
Morning Room,
Autoproduit
Retour de cet excellent duo mixte batterie / guitare, qui sort des standard Garage Punk trop rebattu du genre. Catfish mélange Indie Rock / Swamp Blues épique / Death Country / Pop musclée et Rock héroïque. Elle/il produisent 5 chansons ultra emballantes et qui font toujours la route vers vos oreilles en passant par les chemins de travers.
A l’instar de la pochette on sent les artisans totalement impliqué dans tous les paramètre de leur œuvre. Celle-ci est fignolée avec amour et on s’en délecte !!!
[BT]
STEVE AMBER
From a temple on the hill, CD, Digital
Autoproduction
Indéniablement voilà un des grands plaisirs de la découverte : un disque débarque de nulle part et il vous embarque !
Entre Indie Pop et Rock Noisy, Post Velvet, Post Shoegaze et Post Psyché… avec élégance et délicatesse (sûrement parce que s’est la guitare acoustique qui sert de trame à la plupart des titres, et ce, bien que le 2ème, et parfois même le 3ème guitariste tisse des passages aux sonorités qui servent de juste contre point musclé).
Un disque à l’efficacité immédiate (notamment grâce à la multiplication des voix) mais qui continue à se révéler aux fils des écoutes !
[BT]
En concert : Mercredi 27 Février : STEVE AMBER (Indie Psyché Rock) + LUJE (Psych Indie Rock / Shoegaze), au Brise-Glace, à Annecy. GRATUIT.
https://www.facebook.com/events/206405120238820/
Et :
Jeudi 28 Février : STEVE AMBER (Indie Rock), au Brin de Zinc, à Chambéry – Barberaz
https://steveamberofficial.bandcamp.com/


mardi 19 février 2019

Chronique : ATTIC LIGHTS + FABULOUS SHEEP + J.D. HANGOVER + SOFY MAJOR + PAUL COLLINS

ATTIC LIGHTS
Love in the time of shark attacks, LP, CD, Digital
Elefant Rds
3ème album pour ce quatuor écossais qui aime tellement les singles. Il faut dire que le 45 tours c’est le format parfait pour leur travail de compositeurs / interprètes.
Ces orfèvres de la POP ont une capacité à écrire des CHANSONS inoubliables qui rappellent les plus grands !
Un peu d’influences sixties bon teint, de Folk Rock, de Power Pop, de College Rock, de Pop baroque, de Girl groups, un rien de Soul, un soupçon de Paisley Underground, Bubble Gum, C 86…
Avec Attic Lights on renoue avec l’excitation de la grande époque de l’Indie Pop anglaise quand chaque semaine noue apportait tout un lot de nouveaux groupes merveilleux !
Alors que commence 2019 qui voit Elefant Rds célébrer ses 30 ans d’existence, ce nouvel album des écossais ne dépareillent pas sur leur catalogue (BMX Bandits, Primitives, Cooper, Los Bonsais, Alpaca Sports, Linda Guilala, The Yearning…).
Ce ‘Love in the time of shark attacks’ est le parfait lancement pour les festivités des 30 ans du label, c’est le PARFAIT DISQUE DE POP pour débuter l’année, attendre le printemps, conduire l’été jusqu’à la plage, et lutter à l’automne contre le spleen des frimas…
Une merveille je vous dis !!!
10 chansons impeccables, agencées avec intelligence pour constituer un véritable album qui est plus qu’une collection de titres brillants ! Un must have !
[BT]


FABULOUS SHEEP
S/t, LP, CD, Digital
Bitter Noise / Microcultures / Differ-Ant / Hold On Music
Après 2 Eps très très réussis voici enfin le 1er album de ce jeune quintet qui est précédé d’une excitante réputation de bêtes de scènes. Ce qui le plus souvent ne se traduit pas du tout sur disque.
Mais pour cet album les Fabulous Sheep résolvent la quadrature du cercle en balançant 14 chansons bien torrides et puissantes, diverses et variées, précises et mélodiques.
Entre Indie Rock / Power Pop survitaminé / Garage Rock / Pop Punk et Big Rock façon early 2000 (à la Arcade Fire des débuts, mais avec des couilles). Les petits gars montrent qu’ils ont du tempérament et une grosse capacité à écrire des putain de bonnes chansons qui vous font gigoter et chantonnant comme un con tout seul au volant, et j’imagine bien en concert…
Il est rare que ce genre de groupe tienne les promesses que leur réputation font naître. Tout comme il est rare qu’un long album de 14 chansons arrive à ne pas être lassant ou ennuyeux. Mais les Fabulous Sheep non seulement mettent la barre haute, mais ils élèvent leur niveau de jeu de plusieurs crans...
[BT]
En concert : Samedi 30 Mars : 2ème anniversaire Le Farmer, avec : PSYCHOTIC MONKS (Psych Rock Garage) + FABULOUS SHEEP (Indie Rock) + STRUCTURES (Chaos New Wave), au Farmer, à Lyon
J.D. HANGOVER
S/t, 12’’, Digital
Hound Gawd Rds
Voici la réédition en vinyle du 1er effort de ce duo de bricoleurs qui jouent beaucoup avec les guitares entre Blues & Noisy Death Country, les boite à rythmes et les boucles (dans l’esprit de Suicide), les pédales d’effets façon Spacemen 3 en moins narcotique.
Si J.D. Hangover semblent jouer avec un univers très Dark il n’oublient pas d’y inclure des mélodies pour toujours donner l’impression qu’il y a une lueur au bout du tunnel !
On dirait que le Londres de 2017 est aussi gai et riant que le New York que les Chrome Cranks découvraient à la toute fin des 80’s…
6 titres vraiment intense et assez varié pour rendre l’écoute de ce très très bon & long Mini LP délectable !
Se déguste aussi bien avec un café au petit matin brumeux que les soirs de grandes virées façon lunettes noires pour nuits blanches !
[BT]
SOFY MAJOR

Total Dump, CD, Digital
Deadlight Rds
Très impressionnant ce 4ème album du trio Noisy / Post Hardcore / Indie Rock qui balance 11 titres sans faiblesse ni temps mort !
Tous les morceaux sont impactant. Ultra efficace pris les uns sans les autre et constituant un putain de bon album une fois assemblé par la cohérence musicale qui en émane, mais aussi du fais de la force des compos et de leurs diversités !
C’est très puissant et en même temps toujours méloiduex. Avec un son qui en fout plein la gueule, et, reste clair et limpide !
La totale Class !
[BT]
PAUL COLLINS
Out of my head, LP, CD, Digital
Alive Rds
Bon on ne va pas ce mentir avec une carrière aussi longue et remplie que celle du Monsieur on ne peut plus espérer des albums aussi plein de classiques qu’en sont début de carrière. Mais quand on a marquer l’histoire d’un genre (la Power Pop en l’occurrence) difficile de renouveler la chose.
Cependant avec Paul Collins on espère toujours un nouvel album qui soit brillant ! Par fois (assez rarement) on a été déçu.
La voix à un peu changée avec les années, un peu plus éraillée, mais elle à toujours une mise en valeur qui sied parfaitement à sa musique.
Plein de mélodies dans cet album apaisé, bien dans une lignée Rock with guitars / Rock éternel. Et puis bien sûr il y a aussi au menu de superbes chansons bien dans sa veine Power Pop. Celle qui nous fait nous relever la nuit !
Moi qui n’aime pas du tout le medium photographique, pour une fois j’en trouve une de signifiante, c’est celle qui montre Paul Collins posant entre sa Rickenbacker et une guitare acoustique !
Voici donc un album pas mal dans les mid tempo, mais avec des nerfs et de la tension, plein de Pop songs, de chœurs, et de riffs, de licks et de mélodies de guitares qui distillent de la joie de vivre.
Rien de neuf sous le soleil ? Si : un nouvel album de Paul Collins, et véritablement, il est BON ! Très BON !!!
[BT]
En concert : Vendredi 22 Février : PAUL COLLINS BEAT (Power Pop maestro, Usa) + The WAGS (Power Pop) + PANIC PARTY (Post Punk), au Clapier, à Saint Etienne