vendredi 15 janvier 2021

Chronique : JAROMIL SABOR + PHILL REYNOLDS

PHILL REYNOLDS

A sudden nowhere, Digital

Autoproduction

A la 1ère écoute j’ai été touché et très impressionné tout à la autant par la très haute qualité des chansons qui vous happent immédiatement, que par la densité du SON, sa profondeur, son grain, son intensité et sa capacité à transmettre des émotions vraies !

Voici le 3ème album de ce Blues/Folk One Man band qui échappe à toutes les chapelles !!! En suivant SA PROPRE voie/voix !

Indie Pop et un peu de Country, du Blues, du Folk mais pas les clichés et une vraie capacité à toucher l’âme des fans de Rock (afin ceux qui en ont conservé une).

Les trucs acoustiques et dépouillés ça n’est pas forcément ma came, mais Phill (oui oui avec deux l) Reynolds arrive à maintenir une impression de dépouillement tout en ajoutant clarinette et un soupçon de guitare électrique par-ci par-là.

Avec sa voix grave et profonde et certaines de ces inspirations, Phill Reynolds me ramène vers l’univers de Hank Ray… et comme il aime la mélanger avec des voix féminines ses chansons sont très riches. Mais il est tout autant capable de totalement capter votre attention par des instrumentaux !

Même sur la chanson qui semble fabriquer avec des ‘machines’ (lo-fi, les machines) il arrive à conserver toute mon attention. Et ça le fait aussi sur la cover de Léonard Cohen (‘artiste’ qui m’a toujours profondément endormi) en duo avec Francesca Amita.

Bref un album palpitant, complexe et complet pour cet italien voyageur qui transcende la beauté et les peines de cœur au sein de sa musique !

https://phillreynolds.bandcamp.com/album/a-sudden-nowhere

[BT]

JAROMIL SABOR

The Sun Inside, Cassette, CD, Digital

Hidden Bay Rds / Safe In The Rain Rds

Cet album a été finalisé en janvier 2020 et ce sont les suites de la pandémie qui font qu’il n’arrive que maintenant.

Ça fait plusieurs fois (http://voixdegaragegrenoble.blogspot.com/2016/02/chroniques-jaromil-sabor-eyes-shaker.html) que j’écris tout le bien que je pense de ce jeune homme (http://voixdegaragegrenoble.blogspot.com/2018/04/chronique-jaromil-sabor-baltimore.html) et de sa musique !

Et ça n’est pas ce 5ème album qui va me faire changer d’avis.

Bien au contraire !

Tellement il est plein de chansons merveilleuses et difficilement 'rentables' dans une case… un peu Indie Pop délicate, un peu weird Folk Pop, un peu bricolo, un peu Art Rock… beaucoup de délicatesse et de beauté, surtout !

Un album construit comme votre pâtisserie préférée : rassasiant, euphorisant, délicat au palais, et distillant du plaisir !

Construite sur le diptyque guitare acoustique et voix, cette collection de 10 chansons aériennes fait voyager à travers le spectre des sentiments. Apparemment d’un grand dépouillement instrumental, les chansons sont pleines de mélodies qui touchent par leurs simplicités ! Comme sur un tableau impressionniste, ce sont de petites touches juxtaposées qui créent un ensemble magnifique qui provoquent un vrai transport chez l’auditeur ! Et le léger décalage de l’ensemble débouche sur un espace musical qui n’appartient qu’à lui !!!

Quelle merveille !

https://hiddenbayrecords.bandcamp.com/album/the-sun-inside

[BT]

lundi 11 janvier 2021

Chronique : The BONGOLIAN + UFFE LORENZEN

 
UFFE LORENZEN

Magisk realisme, LP, Digital

Bad Afro Rds

Le nouvel et 3ème album solo de l'ex leader de Baby Woodrose est sorti à l'automne dernier, et c'est un grand bonheur !

J'ai déjà (http://voixdegaragegrenoble.blogspot.com/2017/12/chronique-galileo-7-charlies-frontier.html) écrit beaucoup de bien du 1er... et celui-ci est de la même eau !

Avec cependant des changements notables...

Mais toujours un haut niveau d'excellence !

La place de la guitare électrique (bien weird quand même) régulièrement mixée avec une guitare acoustique pour renforcer l'étrangeté du son, et de l'orgue (sixties maladives) est plus importante que sur les deux 1ers albums qui étaient très orientés 12 cordes acoustique.

La voix envoutante de Uffe est toujours très présente et parfois démultipliée mais sans esbrouffe. Et le chant en danois renforce le côté psyché/étrange de la chose...

Aidé d'amis fidèles (sans cela sont-ce véritablement des amis ?) Uffe Lorenzen à enregistré un album tribulatoire qui correspondait à une période de sa vie durant laquelle il ne possédait pas un lieu à lui pour vivre... Une album sur la solitude, mais entouré, et sur la quête du sens de l'existence (et pourtant il a été enregistré en 2019) et plus orienté Rock que les deux d'avant.

Mais une vision du Rock vraiment personnelle !

Qui réjouira tous ceux et celles qui cherchent un supplément d'âme dans la musique et à sortir des sentiers trop rebattus !

https://badafrorecords.bandcamp.com/album/magisk-realisme

[BT]

The BONGOLIAN

Harlem Hipshake, LP, Digital

Blow Up Rds

6ème album sous ce nom pour le multi instrumentiste, compositeur, producteur (et ‘leader’ de Big Boss Man) Nasser Bouzida !

Le titre de ce nouveau chapitre de sa quête des instrumentaux fantastiques donne de bonnes indications sur son contenu… et il se marie parfaitement avec le nom du projet musical pour déjà vous mettre dans l’ambiance avant d’avoir posé le diamant sur le vinyle !

Ces 13 instrumentaux sont comme un fantasme de bande originale pour film d’espionnage late 50’s early 60’s en pleine vague Exotica !!!

Tout au long des écoutes jubilatoires de cet album des images se forment dans mon cerveaux, jungle, plage, naïades en bikini, danse des voiles, Cocktail Party, smoking, casino…

Saupoudré tout ça de fortes effluves Latin Jazz grâce à une remuante section de cuivres et vos hanches vont se libérer de la pesanteur. Si vous aimez Ray, les percussions, l’orgue et tout ce qui s’en suit, vous allez vous éclater avec cet album ! Garantie sur facture !

Sur cette album The Bongolian se hisse au niveau des plus grands compositeurs de Bande Originale de film (Henry Mancini, John Barry et consort) avec une succession de perles qui frappent immédiatement votre cerveau, et, en plus donne envie de remuer du popotin !!!

Et en plus il ne reste pas bloquer sur une idée puisque tout ceci est formidablement mixé avec ces ambiances latino d’un temps fantasmé et brillant !

C’est succulent !!

https://www.blowup.co.uk/

[BT]

jeudi 7 janvier 2021

Chronique : MILK TV + LE GOSPEL n° 7 + STIFF RICHARDS

 
STIFF RICHARDS

S/t, LP, Digital

Drunken Sailor Rds

Bien que cet album soit éponyme c’est le 3ème de ce quintet de Melbourne. Habituellement les groupes font ça sur leur 1er album… cependant c’est le 1er des disques des Stiff Richarsds (en voila un excellent patronyme) à bénéficier d’une édition également en Europe. Et sur Drunken Sailor Rds qui plus est !

Comment on définit ça ?

Du Rock ? Du Punk ? Du Garage ? De l’Indie Noisy ?

Dans la grande tradition du Rock down-under les Stiff Richards agglomèrent des éléments venu de partout dans LEUR musique pleine de fureur, d’intensité et de mélodies !!!!

Allant même piocher dans un certain esprit post punk sans tomber dans la copie comme tant d’autres depuis 4/5 ans.

Les guitares s’en donnent à cœur joie et le screamer est une sorte de fantasme pour groupe de Rock avec son organe puissant, reconnaissable et gorgé d’âme !

Chacune des 9 chansons vous claque le baigneur !

On aime ça

et même on en redemande ! Play it again Richard !

https://drunkensailorrecords.bandcamp.com/album/state-of-mind-lp

[BT]

P.S. : vous pouvez découvrir leurs précédents disques ici, et vous ne regretterez pas de le faire : https://stiffrichards.bandcamp.com/album/state-of-mind

MILK TV

Good food for mean kids, Cassette, CD, Digital

Exag’ Rds

Ce trio localisé à Bruxelles sort son 1er album sur EXAG 'Rds qui rajoute ainsi encore un bien bon disque à son superbe catalogue !!!

Le titre de cet album et la pochette vous amène un peu vers l’univers ces ces jeunes gens, une sorte d’Indie Rock / Slacker Pop / Post Punk ultra actuel !

Pas trop de passéisme, beaucoup de syncrétisme, et une attitude bien loose… avec des chansons directes mais parfois complexes et trépidantes… de quoi vous donner la danse de Saint Guy. Comme par exemple sur le morceau inaugural qui vous met immédiatement dans de bonnes dispositions pour ce qui arrivent ensuite !

Dans leur utilisation des instruments Milk TV est capable de grande douceur parfois, mais aime jouer avec les brisures de rythmes, les contre temps, les accélérations/ralentissements, changement de moods et d’intensité au sein de la même composition, et d’un titre à l’autre. Ce qui aboutit à un album qui est attirant du début à la fin et qui garde votre concentration focalisée sur chaque chanson !

https://milktv.bandcamp.com/album/good-food-for-mean-kids

[BT]

LE GOSPEL n° 7

104 pages A5 couleurs, 17 septembre 2020. 6 euros + port

Très bel objet qui se lit pour moitié dans un sens, puis pour l’autre moitié se lit en le retournant !

Un fanzine qui ressemble presque à un magasine dans sa présentation, mais pas vraiment dans son contenu, qui parle de musiques mais en pensant ! Et en réfléchissant à la place des musiques « indé » dans le système capitaliste… quel place pour les revendications, etc.

C’est dense et intéressant.

Donc ça parle de Do It Yourself et de sa mise à toutes les sauces par tous les courants musicaux jusqu’à le vider de sa substance… des Circuits Bending (une façon de faire de la musique en détournant des objets et leurs circuits imprimés de leur destination première, un univers dont j’ignorai totalement l’existence).

Ensuite on nous parle du ‘collectif’ Hip-Hop Odd Future. Des ‘grands maîtres’ de la seconde vague du Black Metal norvégiens.

Du compositeur ‘d’avant garde’ Arthur Russel et de ses difficultés à se faire reconnaître parce qu’il souhaitait introduire dans la musique ‘savante’ des éléments Pop = rejeté par tous les côtés.

J’ai découvert ici l’existence du trio lo-fi Indie Rock/Folk à la ‘discographie’ pléthorique Sun City Girls. S’en suit un portrait de diverses personnalités/projets de la ‘scène’ Anti-Folk (sur 10 pages car dans Gospel on laisse la place nécessaire aux développements que veulent faire les ‘rédacteurs-trices’).

Vous reprendrez bien un peu de Hip-Hop avec Lil B & Clams Casino présentés comme ‘éléments d’un moment’ dans l’évolution de ce style…

Viennent ensuite les Mountain Goats et leur esthétique DIY Indie neurasthénique… et là je découvre qu’il y a eut plein de disques chez eux que je ne connais pas.

On retourne ce n° 7 de Le Gospel et on attaque sur un article de fond : « Revival Rock à New York & Gentrification », intéressant mais que j’ai trouvé finalement un poil court en dépit de ses 10 pages.

On nous parle de Camera Silens, de l’histoire du groupe et de la bio qui vient de sortir. Finalement pas étonnant de les voir au sommaire de cette publication.

Un peu de Hip-Hop américain et communiste, s si ça a existé : The Coup ! Dont le ‘leader’ Boots Riley à sorti un film de cinéma « Sorry to bother you » en 2018. Une vraie découverte pour moi, encore.

Suit un article sur les femmes qui ont filmées la No Wave et New York en son temps.

On poursuit avec « La Musique Électronique Bourgeoise, une tradition française ».

L’article suivant (trop court à mon goût, vu que j’étais passé à côté) parle du groupe anglais Poison Girls et de sa chanteuse/guitariste Viv Subversa qui créa son groupe au début de l’explosion Punk en Angleterre alors qu’elle avait déjà plus de 40 ans et étaient déjà très ‘politisé’… Faut-il être jeune pour jouer du Rock radical ?

The Radio Dept. fait s’interroger sur la possibilité de passer des messages politiques pertinents (qui en décide?) à travers une musique plutôt dansable entre Electro Pop et Indie post post moderne ?

Et pour achever : les Punk américains de Leftöver Crack et leur provo anti-policières au début des années 00.

C’est copieux et sa pense sur la (les) musique !

Lucha y fiesta ? Penser et danser ?

Réfléchir sur la musique comme phénomène culturel / et sa place dans la société de consommation… l’état du monde… En tout cas moi j’ai découvert beaucoup de choses là-dedans !

Le 3ème tirage sera disponible dans une paire de jours ! Voir même déjà maintenant !

http://le-gospel.fr/nouveau-zine-papier-le-gospel-7/

[BT] 

lundi 4 janvier 2021

Chronique : BRAT FARRAR + OH! GUNQUIT

 
OH! GUNQUIT

Why haven’t you watered the plants, LP, Digital

Trashmouth Rds / Folc Rds

3ème album pour ce quintet mixte (2 filles et 3 gars) localisé à Londres qui porte un bon titre, genre la question idéale pour s’engueuler dans un couple !

J’ai aimé (http://voixdegaragegrenoble.blogspot.com/2015/05/chroniques-sticky-boys-oh-gunquit-baby.html), beaucoup, beaucoup, et chroniqué les deux précédents (http://voixdegaragegrenoble.blogspot.com/2017/10/chronique-grande-royale-place-to-bury.html) et ce n’est pas celui-ci qui va me faire changer d’avis !

J’aime particulièrement le mélange Exotica Trash Garage Punk mâtiné de Proto Glam R’n’R que pratique Oh! Gunquit… c’est assez rare comme mélange et c’est détonnant comme cocktail !

Un peu de Sleaze music avec cuivres bien salés voir salaces ! Comme chacun le sait : Sax is money… et les voix féminines apportent beaucoup ! Vers une sorte de « Las Vegas Grind » revisité Psyché et sans les relents revivalistes !

Pour un album d’une grande densité avec une collection de chansons qui vous régalent les unes après les autres. C’est très cohérent sans que ce soit répétitif et les titres se distinguent parfaitement les uns des autres… du tout tout tout bon !!!

https://www.folcrecords.es/

https://ohgunquit.bandcamp.com/album/why-havent-you-watered-the-plants

https://trashmouthrecords.bandcamp.com/

[BT]

BRAT FARRAR

Adventures in the skin trade, LP, Digital

Beast Rds

4ème album pour ce gars seul de Melbourne. Je l’avais découvert avec son 1er sorti en 2012 sur Off The Hip Rds sur la foi de la très grand qualité du catalogue de ce label et j’étais resté bien scotché sur cet album. J’avais raté le suivant, vu qu’il n’est pas toujours évident de mettre la main sur les productions de chez P. Trash Rds. Et j’avais fait une écoute bien trop rapide de son 3ème paru chez les pourtant excellents Kizmiaz Rds.

Celui-ci je l’ai bien étudié !

D’abord c’est le 1er à porter un vrai titre ! Les précédents n’en ayant pas ou étant numéroté. Pour la 1ère fois également la pochette est constituée d’un dessin, ce qui est plus attirant à mon goût que les photos de ceux d’avant… Et puis c’est sur Beast Rds donc plus facilement dégotable par ici (en plus d’intégrer un catalogue publiant, entre autre, une quantité impressionnante de disques de down-under totalement délectables et souvent indispensables) !

Comme je suis un gars lent je découvre qu’il fut le chanteur de Digger And The Pussycats...

Musicalement Brat Farrar œuvre seul et balance une sorte de Slacker Bricolo Pop Punk avec de belles racines Garage Punk / New Wave originelle et Power Pop !

Le mélange guitares et machines donne à l’ensemble un joli côté proto shoegaze mais sans les clichés.

Ce qui aboutit à un album varié entre titres furieux et fast (mais mélodieux, toujours mélodieux) et comptines maladives entêtantes et répétitives frisant l’Art Rock.

https://www.beast-records.com

https://bratfarrar.bandcamp.com/album/adventures-in-the-skin-trade

[BT]