mercredi 3 septembre 2014

CHRONIQUES: BALDUIN + BRUCE JOYNER And ATOMIC CLOCK + TWISTER COVER + The STICKY BOYS



BALDUIN
All in a Dream, LP
Sunstone Records
Exercice de style ? Oui !
Rétro Pop… Pop éternelle… Pop orchestrale… Pop baroque… Pop Psyché… lignée Zombies avec des arrangements tirant vers John Barry (épinette, cordes, chœurs…).
Un hommage à l’innocence et à la beauté d’un temps perdu. Façon Alice Au Pays des Merveilles.
Revivaliste ? Bien sûr !
16 merveilleuses Pop songs en 44 mn. Courtes. Jolies. Ultra efficaces.
Une réussite impeccable ! Et implacable !
Quel intérêt de faire ce genre de disque en 2014 ? Le même que de déterrer des bandes originales oubliées : donner du plaisir aux fans
Et question plaisir Balduin n’est pas un ingrat.
« All In A Dream » : oui ! Pas mieux !
Parfois lyrique cette musique nécessite plusieurs écoutes pour s’immerger dedans (ce qui est un PLAISIR vu le bonheur que distille cet album). Des écoutes attentives qui font aussi prendre conscience que les références du bonhomme vont plus loin que les sixties. Avec un côté B.O. de films 70’s + un intéressant (et riche) côté Rock ‘planant’ des années 2000.
Bref le genre de disques qu’on aime sans retenu.
[BT]


BRUCE JOYNER And ATOMIC CLOCK
The Devil is beating his wife, LP, CD
Closer Rds
Le truc de Bruce Joyner sous ces airs de ne pas y toucher : c’est sa capacité à écrire des chansons qui vous restent dans l’oreille !
Et ça ne date pas d’hier. Quand ce nouvel album m’est arrivé entre les mains je me suis mis en quête d’autres disques du Monsieur, et après écoute je trouve qu’il n’y a jamais de baisse de qualité dans son œuvre, et ce nouveau projet ne déroge pas à la règle !
Elégance, finesse, force, facilité (mais dans le meilleur sens du terme) : TALENT !
Entre un Rock éternel / éternellement adolescent et amoureux, une certaine vision de la Pop (ni vulgaire ni putassière) avec une touche de Death Country et parfois des élans Folk.
En plus si les Atomic Clock qui l’accompagnent ne sont pas des perdreaux de l’année, ils savent comment faire sonner une chanson. Cet enchainement de 12 perles nous donne un album constant, complet et super excitant. Une sorte de perfection après laquelle le Boss coure depuis un gros paquet d’années maintenant.
La carrière de Bruce Joyner est certes longue mais cet album à la vigueur d’un jeune homme. Cette carrière est bien remplie d’excellents albums, mais celui-ci concours pour être son meilleur !?! Ouai, rien que ça !
Impressionnant.
[BT]


TWISTER COVER
Machines, CD
Autoproduction
Dans la série des disques bien nés celui-ci fait fort !
Le groupe d’abord est constitué de talentueux briscards qu’on a déjà aimés dans : Les Privés, Holy Curse, Backsliders, Chebacca All Stars. Ils ont ensuite pris Pit Samprass (Burning Heads) pour enregistrer ce 1er album. Un disque qui fait suite à leur EP inaugural.
Musicalement il n’y a pas moyen de faire tenir ce quintet dans un style et ça c’est une bien bonne chose. En plus le son de cet album et aussi totalement hors des normes de productions actuelles c’est là aussi un atout dans le jeu du groupe.
Par ailleurs leur chanteur et lui aussi difficilement comparable. Bref de prime abord j’ai mis un peu de temps à rentrer dans ce disque. Mais ça vient vite. Et ça vient bien.
Parce qu’il y a là-dedans une vraie personnalité intéressante, et des morceaux. Des morceaux. Des morceaux : TERRIBLES !!! Du Rock qui puise à de nombreuses sources pour tenter un amalgame qui soit : LE LEUR !
Twister Cover
106 Faubourg Saint Vincent
45000 Orleans
10 euros port compris pour cet album : c’est donné !
[BT]


The STICKY BOYS
Make Art, CD
Listenable Rds
2ème album pour le trio parisien qui additionne son Heavy Rock d’une touche de Punk Rock, l’assaisonne d’un rien de Hard Rock 80, et le pimente d’une lichette de Hard Core mélodique.
Les chansons sont relativement simples mais atteignent leur but : vous faire chantonner en chœur, secouer les genoux ou agiter le sac à poussière.
Cependant il faut quand même s’en méfier un peu de ce côté basiques, quasi simplet, car le trio tire le maximum de tout ce qu’il a ! Notamment le bassiste qui est toujours bien présent là où il faut. J’ai une petite réserve sur le son de caisse claire mais ça c’est mon côté enculeur de mouches qui ressort.
Car au final ce qui compte avec les Sticky Boys c’est qu’ils font des chansons qui donnent du plaisir et qu’on réécoute pour se mettre le cœur en joie.
[BT]



Aucun commentaire:

Publier un commentaire