mardi 9 décembre 2014

Chroniques: GLOWFRIENDS + The KAAMS + LAETITIA SHERIFF + MOVIE STAR JUNKIES



GLOWFRIENDS
Gather us together, CD, Digital
Jam Rds
3ème album pour ce quintet du fin fond du Michigan. 13 titres (en 42 mn) courts mais qui ne sont pas de petites chansons pour autant. Au contraire ce qui parait de la façon la plus évidente dès la première écoute : c’est à quel point ce disque est constitué de CHANSONS.
A la fois très écrite, et en même temps semblant hyper spontanées. Comme si vous étiez une petite sourie qui s’est glissée dans le local de répétition des Glowfriends. On y est bien, au chaud et on se sent en sécurité, comme dans un cocon. La production est simple, respirant et surtout pas du tout tape à l’œil. Parfaitement au service de ces chansons.
Musicalement Glowfriends est un amalgame étonnant, frais, agréable à l’oreille, et totalement réussit de Folk, Shoegaze, Pop, Americana, voir une Death Country qui saurait rester léger et aérienne, grâce à la voix féminine qui éclaire chaque titre.
Elégant. Lumineux, même au milieu des brumes de guitares, jamais appesantit sur les effets la musique de Glowfriends est une de ces découvertes réjouissantes qui me feront encore longtemps acheter des disques !
[BT]


The KAAMS
One to Six, CD, LP
Area Pirata, Boss Hoss Rds, Bedo
Décontenancé, mais pas déçu. Surpris, mais finalement ravis.
J’avais adoré leur 1er album ‘Unaga!’ sortit par les même labels en 2012. Un album de Garage tendance R&B dans l’acceptation assez ‘classique’ du terme mais excellemment fait et très excitant.
Alors évidement quand leur 2ème album ‘One to Six’ a été annoncé j’étais sur des charbons ardents, et je dois dire que la première écouté a été plutôt déceptive. Le disque semblant posé et plat.
Mais évidemment cette impression été trompeuse. En fait le nouvel album des KAAMS est lui aussi très bon ! Mieux que ça même, c’est encore une perle du genre. Simplement le groupe a évolué, certes un poil calmé le jeu, bien qu’ils n’aient jamais été des furieux sur disques. Ils ont équilibré leur musique, rajouté quelques ingrédients dedans, et privilégié le rendu des chansons.
Plus d’éléments R’n’R et Blues dans l’esprit vintage se mélange donc au R&B Garage du quatuor ce qui densifie leur musique et nécessité plus d’écoute pour s’en imprégner, mais c’est une excellente chose tant ce disque est une réussite !
The Kaams : le docteur vous prescrit les 2 albums pour bien passer l’hiver !!!
[BT]


LAETITIA SHERIFF
Pandemonium, Solace and Stars, CD, 2LP, Digital
Yotanka Rds / Difer-Ant
C’est peu de dire que je l’aurai attendu cet album et aussi un peu redouté… étant tombé sous le charme de Laetitia Shériff en la découvrant lors de son concert à la Maison de la Musique de Meylan il y a genre 5 ans.
Je dirai d’entré que cette attente a été récompensée par ce nouveau disque qui agit comme un envoutement.
Un envoutement qui doit beaucoup à la façon dont la Dame module sa voix pour l’adapter aux besoins de chacune de ces 10 chansons. Tout en lui conservant un timbre unique et reconnaissable elle peut évoquer tour à tour Kim Gordon ou Kate Bush… pour vous donner une idée de la palette émotionnelle abordée dans ce disque idéalement automnal. Beau comme des feuilles rougeoyantes tombant devant l’arrivée des premiers flocons. Parfois on peut aussi retrouver dans certaines chansons la langueur d’un Mazzy Star, bien que dans d’autres on sente la chaleur d’un soleil couchant sur le désert.
Une merveille de diversité,  de finesse, de beauté rêveuse, d’inventivité aussi.
Bref l’album que j’espérai !
Merci !
[BT]
En concert : Vendredi 6 Février : LAETITIA SHERIFF (Rock Indie, excellent), à La Bobine, à Grenoble.
Et :
Vendredi 27 Février : Festival Hors-Pistes, avec : LAETITIA SHERIFF (Indie Rock), au Brise Glace, à Annecy


MOVIE STAR JUNKIES
Evil moods, LP, CD, Digital
Voodoo Rhythm Rds / Difer-Ant
Subjugué par leur prestation lors du dernier Freakshow Festival c’est plein d’intérêt que j’attendais ce nouvel album des italiens. Et au début de la 1ère écoute je me suis dit : « bien, c’est toujours la même formule… tant mieux, au fond ! ». Ce qui s’avère être à la fois vrai, et, faux !
Vrai, parce que les Movie Star Junkies ont su depuis leur 1er album se créer un style bien personnel, qui s’identifie immédiatement, et ce ‘Evil moods’ ne déroge pas à la tradition. Cependant ce 5ème album voit le groupe évoluer vers certains grands ‘espaces américains’ avec des passages qui se trainent vers l’Americana poisseuse mais concoqueté par les Movie Star Junkies qui utilisent cet élément supplémentaire comme un apport à leur cuisine habituelle qui est toujours constitué par un Rock sombre et insidieux, limite inquiétant. Qui est parfois illuminé par la beauté d’une mélodie jouée au xylophone ou par des cuivres.
Ce nouveau disque est comme une synthèse de leurs débuts Rock et de leur récent essai plus posé. Ce qui donne un album plein qui remplit votre cerveau et votre âme !
[BT]



Aucun commentaire:

Publier un commentaire