samedi 3 novembre 2018

Chronique : BRAIN EATER + ASTRAL SON + MUDHONEY / CLUTCH + COWBOYS FROM OUTERSPACE


BRAIN EATERS
Bad girls motorcycle gang from Tokyo, LP, Digital
Fuck-U-Records
Et un nouvel album pour les vétérans du Trash Rock from Paris !
Magnifique pochette qui montre la même obsession pour les gangs de filles que Lux & Ivy, ce qui transparaît un peu dans la musique des Brain Eaters (normal, avec un nom comme celui-là).
Les Brain Eaters revisitent les trash Rock’n’Roll 50’s comme le faisaient les Juanitos sur leur 1er album : avec une vraie personnalité bien loin des maniérés gominés.
Ce qu’il est bon de noté aussi c’est que la référence japonaise du titre et de la pochette de cet album se ressent un peu dans la musique avec un arrière goût de Thee Michel Gun Elephant ou 54 Nudes Honey dans le côté en colère, même si celui-ci ne prend jamais le pas sur les chansons qui restent toujours des mid tempo ‘rythmés’ parce qu’ici on parle de R’n’R et pas de Punk pour bourrins...
Les 10 chansons ici présentent offrent un panel assez étendu les Brain Eaters faisant preuve d’une forte tendance à agglomérer brillement au sein de leurs compos des éléments puisé ici ou là (Surf, Garage, Rockabilly, Swamp Rock, Punk 77…) le tout pour aboutir à a album bien sexy poisseux, excitant, qui sent le souffre et la sueur des bonnes salles de concerts !
[BT]
ASTRAL SON
Wonderful beyon, CD, LP, Digital
Sulatron Rds / Headspin
4ème album pour ce projet du hollandais Leonardo. On va éviter les clichés sur les bataves et la drogue… mais une chose est sûr le nom de ce ‘groupe’ n’a pas été choisit par hasard, et tout comme la pochette il est vraiment signifiant !
Manifestement le gars s’amuse bien chez lui avec ses instruments, effets et pédales… toutes ces triturations de sonorités aboutissent à un mélange aérien de Pop Psych / Prog à mi chemin de la fin des 60’s et des 70’s… comme il est aussi amoureux de la nature et des sonorités acoustiques, parfois on part vers une sorte de Weird Folk en apesanteur.
11 titres qui adorent échapper à la lourdeur & à la laideur du monde terrestre… Psychédélique évidement, mais surtout de la vraie bonne musique a écouter ayant un champ (un chant aussi) de références étendue… à travers les différents confins des empires écroulés de toute la planète sans jamais tomber de le folklorisme, car toujours tenu par le projet de rester dans un cadre proche de la Pop, mais sans les carcans…
C’est beau tout simplement.
A vous de vous laisser basculer dans l’univers d’Astral Son.
[BT]

MUDHONEY
Digital Garbage, LP, CD, Digital
Sub Pop / Pias
CLUTCH
Book of bad decisions, LP, CD, Digital
Weathermarker Misic
Alors voilà je me suis dis que finalement associer ces 2 groupes dans une même chronique était finalement assez cohérent.
D’une part ce sont 2 groupes dont je suis très fan, qui ont une longue carrière, un vrai style immédiatement reconnaissable, et qui sortent leur nouvel album à quelques semaines d’intervalles….
J’avoue qu’à l’annonce d’un nouveau Mudhoney ou d’un nouveau Cluctch je suis à la fois hyper excité et en même temps relativement inquiet ! Est-ce que ce nouveau bébé ne va pas être déceptif. Ou pire le début de la fin ?
Et bien dans les 2 cas la réponse est NON. Sans le moindre doute.
Pour les 2 groupes 2018 sera un très très bon cru avec des LPs qui se placent parmi ce qu’ils ont fait de mieux !
D’ailleurs alternativement je me dis que s’est Clutch, puis Mudhoney qui à réalisé le meilleur des deux…
Seul le temps replacera réellement ces disques dans l’œuvre de chacun des combo. Cependant après 2 mois d’écoutes répétées le plaisir est toujours présent et renouvelé.
Donc je ne peux que vous recommander de vous jetez dessus. Les 2 groupes font preuve de fraîcheur et de maturité, triturent leurs styles spécifiques pour pondre de nouveaux titres qui viendront enrichir un répertoire déjà conséquent et se hisser au niveau de leurs meilleurs compos !
Du bonheur pour les fans et d’excellents albums introductif à l’œuvre de ces 2 groupes si vous ne les connaissez pas encore !
[BT]
COWBOYS FROM OUTER SPACE
Exile at the rising house, LP, CD
Relax O-Matic Rcds / Nova Express / Lollipop
Comme à chaque fois avec leurs albums (et je les ai tous) il me faut presque un an pour totalement rentrer dans un disque du trio marseillais (ça me fait le même effet avec les Dum Dum Boys). C’est sans doute ce qui me les rend si chère ! Car il me faut creuser creuser dans cet empilement de noirceur Noisy Blues Trash avant de voir la lumière.
Et c’est tellement plus intéressant comme expérience que tous ces disques kleenex…
En plus dans celui-ci il y a parfois des éléments qui font penser à un Bowie (très) enragé. La class, non ?
Est-ce que Marseille est une banlieue de New York ? Les Cowboys From Outer Space sont indéniablement des outsiders qui savent ce qu’ils veulent et font.
Ils vous saisissent par la main pour une balade mortelle au cœur du monstre urbain…
Souvent ont dit que les Cowboys sont le pendant français de Chrome Cranks, une sacré référence / comparaison dont ils ont toujours su se montrer digne tout en développant leur propre personnalité. Moi ils me font penser au niveau de l’intensité, de l’univers et de la noirceur à un croisement abâtardit entre La Muerte, The Raymen et Beasts of Bourbon. Rien que ça. Ce genre de références écraserait n’importe quel autre groupe mais pas les Cowboys From Outer Space qui se situent justement à cette hauteur-là !
Ici on devrait en avoir plus conscience et en être tellement fier !
[BT]
En concert : Samedi 10 Novembre : NOVA EXPRESS NIGHT, hommage à LUCAS TROUBLE, avec : The HEADSHRINKERS (Garage Punk) + The NEEDS (Rock with guitars, excellent) + COW BOYS FROM OUTTERSPACE (Noisy Swamp Garage génial) + MARK ENBATTA’S TRIBE (ex Vietnam Veterans, Psyché), aux Tanneries, à Dijon

Aucun commentaire:

Publier un commentaire