jeudi 31 décembre 2015

Chroniques : BETUNIZER + DON JOE RODEO COMBO + NO STRANGE



BETUNIZER
Enciende tu lomo, LP, CD, Digital
BCore Disc
Whaoo il claque bien le baigneur celui-là. 4ème album en 5 ans d’existence de ce trio espagnol, qui pratique un Post Hc très fortement teinté de Noise.
Dr Jekill & Mister Hyde semble être présent dans leur musique, entre la désincarnation quasi robotique et froide de la rythmique métronomique, et, le magma incandescent des guitares et de la voix.
Syncrétique avec ses relents Indie 90 et Alt Rock late 70’s Betunizer profite en plus du côté ‘exotique’ du chant (écorché) en espagnol pour imposer un style ! Oui oui un style ! Dans un album compact et qui secoue au maximum vos habitude et oreilles pour votre plus grand plaisir !!!
Jamais maniériste ni prétentieux mais toujours pertinent et aventureux. Découvert approuvée par le festival ATP (qui se penche trop rarement sur les groupes ‘vivants’ pour rater ce type d’adoubement, s’il vous reste un peu de désir de découverte).
[BT]


DON JOE RODEO COMBO
S/t, LP + CD inclus
Pop Sisters Rds / PIAS
Je ne peux pas dire que ça partait fort pour cet album. Pochette passe partout, nom sans trop de caractérisation, et surtout chant en français.
Mais finalement ça va vraiment quelque part !
Parce que pour que je m’enthousiasme pour un disque en français il faut que ça sorte largement du lot. Surtout de la part d’un groupe de Rock. De vrai ROCK.
Alors pourquoi ?
Ben c’est dur à dire !
Je pourrais vous parler des bonnes références de ce Don Joe Rodeo Combo (le groupe du leader des excellent Indian Ghost), de la reprise de Gainsbourg version Rock, des adaptations des poèmes de Barbey D’Aurevilly, Nerval, Gautier (ce qui au vu de l’immense patrimoine de la poésie en français, et vu la pauvreté des paroliers actuels devrait être une ressource plus largement pillée…), de l’adaptation en français de ‘Ramblin’ Rose’ (ce qui frise pour moi le crime de lèse-majesté)…
En fait ce qui me plait vraiment dans tout ça, c’est autre chose : le groupe de Rock !
Une sorte de croisement idéal entre les Dogs (qui eux aussi se sont aventurés avec réussite dans le chant en français), le Bashung de la période guitares (avant la période disques prétentieux pour Télérama), le génial Christophe de la période Rock étrange (juste après la brillante époque du chanteur à minettes, et avant l’ensevelissement ‘Artistique’), et Jérome Pijon pour l’efficacité des chansons à chantonner dans la bagnole !
Jubilatoire quoi.
[BT]


NO STRANGE
Universi e trasparenze, 10’’

Area Pirata / Psych Out Rds
Encore un disque bien bien partit (dans l’espace je veux dire, que celui-ci soit : sonore, mental ou intersidéral) signé par les toujours excitants No Strange
Tout d’abord la présentation de ce 25 cm est magnifique : vinyle blanc marbré (et une gravure très réussie, claire & puissante) livré dans une pochette plastique transparente… pour coller au thème.
Un visuel ultra psychédélique qui est comme un avant-goût du contenu.
Car en 5 titres No Strange rend hommage à ceux qui les ont influencés :
Popol Vuh, The Nice, Le Stelle di Mario Schifano, Terry Riley, La Monte Young pour nous livrer encore un disque qui est du pur NO STRANGE en dépit de ces reprises… Ou grâce à leur transcendance !
Depuis plus de 30 ans No Strange développe, explore et dispense une musique ultra psychédélique et aventureuse (soit avant les minets Indie des années 10) et ils font ça avec une personnalité inégalée !
Voici donc encore une occasion de s’en repaitre… dans un format véritablement aventureux !

[BT]


Aucun commentaire:

Publier un commentaire