lundi 20 juin 2016

Chroniques : GAY TRUCKERS + CAPSULA + SLIME ZINE n°6



GAY TRUCKERS
Police department, CD
Autoproduction
Le nom, le look, l’esprit, le visuel et les premiers riffs pourrait faire penser à un groupe très marqué par les TurboNegro. La référence n’est pas fausse mais pas unique. Les Gay Truckers utilisent les codes du genre sans être des clones.
Bien sûr ils aiment les machineries puissantes et bien huilées (Mötörhead, Peter Pan Speed Rock, Hard Ons) et ça s’entend mais il n’y a pas que ça dans ce 1er album.
On peut y entendre un peu de Glam, un peu de Pub Rock, un  chouia de Blues, un poil  (de cul bien évidement) de Punk Rock, pas mal de Heavy mais aussi quelques mélodies qui tirent vers le Pop Punk voir une Power Pop moderne et virile.
Bref les Gay Truckers sont capables de plaire à ceux qui aiment leur Stoner servit avec beaucoup de ‘n’Roll, tout autant qu’à ceux qui veulent que leur Speed Rock n’entraine jamais la mélancolie.
Ce disque est le complément idéal d’un apéro avec vos potes sur la terrasse ensoleillée une Kwak à la main et le saut d’olives épicées a porté de la main !
Ils cherchent à jouer partout et je pense que ça doit dépoter terrible, alors faites-les jouer !!! Et sont déjà en phase de préparation pour un prochain album !
[BT]
En concert : Vendredi 24 Juin : ZËRO (Noise Post Rock) + AGAPES (Post Punk) + ORION (Indie Electro Rock) + GAY TRUCKERS (Heavy Garage’neRoll), à Ursa Minor, à Saint Etienne


CAPSULA
Santa Rosa, LP, CD, Digital
Vicious Circle / L’Autre Distribution
Trio improbable (un couple d’argentin et un batteur portugais) qui sort là sont 11ème album et que je découvre seulement maintenant.
Musicalement c’est du Rock de tête chercheuse : Swamp Garage Noisy Shoegaze Indie Pop Psyché Punky… pas le genre à être sagement assis sur les bancs de l’école revivaliste, mais plutôt à faire l’école buissonnière pour explorer les chemins de traverses… Et c’est tant mieux !
En plus cet album devient de plus en plus incisif au fil des chansons !
L’alternance et la complémentarité des voix féminines et masculines est un gros atout. Tout comme la diversité des langues utilisées. Et tout comme le son qui est hors du moule sur compressé.
Si vous aussi vous portez des lunettes noires après le coucher du soleil et que vous ne voulez pas vous contenter du tout-venant alors cet album devrait bien vous accrocher
[BT]


SLIME ZINE n°6
44 pages A4, 6 euros port compris
Je l’aurai attendu celui-là, vu que j’ai aimé tous ceux que j’ai lu jusque-là. Et quand un pote me l’a amené jusqu’à Grenoble… surprise…
Il est entièrement consacré à la littérature.
Tant mieux.
Les livres enfin un vrai sujet qui compte, loin des conneries des Rockers !
Comme toujours la couverture verte est magnifique.
Mais pas autant que le contenu. Plein d’intervenants parlent avec passion des livres qu’ils ont aimés. Beaucoup de romans noirs mais pas que ! Non pas que. Donc beaucoup d’écrivains et de bouquins que je découvre ou qu’on me donne envie de lire. Et ça c’est class !
Egalement au sommaire une interview bien chiadé de Jacques Thorens l’auteur du livre sur le plus fou des cinémas de France, le Brady. Un long papier sur  David Foster Wallace.
Une nouvelle de Joe R. Lansdale (miam).
Une interview de Jake Hinkson.
Et pour finir une nouvelle signée de Luna Satie dont j’avais adoré le 1er roman, cette nouvelle ne laisse pas présager qu’on en lira un 2ème prochainement… dommage, en tout cas ce texte est très bon !
Tout comme ce n°6 de très très haute tenue, du moins si vous savez lire !
Un must !
Vivement le prochain.

[BT]

Aucun commentaire:

Publier un commentaire